BFM Business

1500 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel longue durée

Une salariée de l'usine Valeo travaille avec un masque

Une salariée de l'usine Valeo travaille avec un masque - Ludovic Marin

Il aura fallu attendre deux mois depuis sa mise en place en juillet, mais cette fois, les accords se multiplient. Quatre accords de branches ont été signés et 20 autres sont en cours de discussion.

Les entreprises commencent enfin à se saisir du dispositif de chômage partiel longue durée, destiné à protéger l’emploi. Selon les tous derniers chiffres du ministère du Travail, quatre accords de branches ont été signés, et 20 autres sont en cours de discussion.

Surtout, près de 1500 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel longue durée, et cela concerne au total 110 000 salariés, qui pour l'instant sont ainsi préservés jusqu'à ce que l'activité revienne à la normale.

L'activité partielle de longue durée est un nouveau dispositif qui permet, sous réserve d'un accord d'entreprise ou de branche, de réduire le temps de travail d'au maximum 40% pendant une période de six à 24 mois. Plus avantageux que le chômage partiel classique, limité à six mois, il garantit 93% du salaire net. Il restera en vigueur jusqu'à l'été 2022, et jusqu'à l'été 2021 aux conditions actuelles d'aide aux entreprises.

Un reste à charge de 15% pour les entreprises

Il faut dire que le gouvernement a progressivement levé tous les freins. Il avait déjà renoncé à durcir le reste à charge pour les entreprises, au-delà du 1er octobre.

Finalement, il restera à 15% pendant toute la durée du dispositif. Le gouvernement a également assoupli les contreparties demandées aux employeurs. A l'origine, les entreprises n'étaient pas censées pouvoir licencier un salarié placé en chômage partiel longue durée. Faute de quoi, elles risquaient de devoir rembourser les aides. Le tout dernier décret vient de changer la donne : elles pourront finalement licencier si les perspectives d'activité se sont dégradées. De quoi les inciter à sauter le pas.

Caroline Morisseau édité par C.C.