BFM Business

10 chiffres frappants sur le travail et les conditions de vie des Français

VIDÉO - L'Insee vient de publier le Portrait social de la France, ouvrage qui recèle de chiffres intéressants. Florilège.

Savez-vous que le salaire moyen est plus élevé dans le public que dans le privé? Que les Français en union libre ont un niveau de vie plus faible que ceux qui sont mariés? Ou encore que beaucoup de Français souffrent toujours du froid? Ce sont quelques exemples parmi les éléments que contient l'ouvrage Portrait social de la France que l'Insee vient de publier. BFMBusiness.com en a retenu 10 chiffres.

1/ Les salaires des cadres ont progressé deux fois plus que ceux des ouvriers en un quart de siècle

De 1988 à 2014, le salaire moyen mensuel des cadres est passé de 4094 euros à 5278 euros bruts, soit une hausse de 29% en un quart de siècle. C'est deux fois plus que pour les ouvriers non qualifiés de l'industrie qui sont passés de 1487 euros bruts à 1700 euros, soit 14% de hausse.

2/ Le niveau de vie des Français en union libre est 14% plus faible que celui des couples mariés

Les Français en union libre déclarent vivre en couple mais ne sont ni mariés ni pacsés. Selon l'Insee, le niveau de vie (revenus moins impôts divisés par le nombre de personnes du ménage) moyen de ces Français s'établissait à 1875 euros par mois en 2015, contre 2200 euros pour les couples mariés soit 14,7% de moins. Cela s'explique parce que les revenus des personnes en union libre sont plus faibles et surtout que ces personnes en union libre sont moins diplômées (39% ont un diplôme supérieur au bac contre 47% pour les personnes mariées). D'ailleurs les couples pacsés, très diplômés (64% ont un diplôme de l'enseignement supérieur) gagnent plus que les personnes mariées: leur niveau de vie est de 2358 euros par mois (7% de plus)

3/ Une séparation fait perdre huit fois plus aux femmes qu'aux hommes

L'Insee a observé que l'année après une rupture, une femme mariée voit son niveau de vie baisser de 25% quand un homme marié ne perd que 3%. La baisse s'explique notamment parce que les couples partageaient ensemble certaines dépenses, ce que l'Insee appelle "des économies d'échelle". Et, d'après l'Insee, si les femmes perdent autant, c'est avant tout parce que leurs revenus individuels sont plus faibles que ceux des hommes. Or l'Insee explique que des analyses "toutes choses égales par ailleurs" montrent que plus un conjoint contribue aux dépenses du ménage, moins son niveau baisse après la séparation.

4/ Les Français nés en 1978 ont leur premier travail deux ans plus tard que ceux nés en 1948

Pour les Français de la génération 1948-1957 l'âge du premier travail était, en moyenne, de 17,3 ans pour les femmes et 16,8 ans pour les hommes. Pour la génération 1978-1988, cet âge est passé à 19,9 ans pour les femmes et 19,7 ans pour les hommes.

5/ Un jeune de moins de 24 ans sur 10 cumule emploi et études

Entre 18 et 24 ans, 50,6% des jeunes femmes et 46% des jeunes hommes font encore des études. Par ailleurs, 9,6% des 18-24 ans cumulent études et emploi, un chiffre qui passe à 3% pour les 25-29 ans.

6/ Les salariés du privé gagnent 8% de moins que ceux du public

Dans la fonction publique, le revenu salarial moyen est de 1826 euros là où il n'est que de 1673 euros par mois dans le privé, soit 8% de moins ou encore 153 euros. Il convient toutefois de préciser que cette différence s'explique surtout parce que le travail à temps partiel est beaucoup plus développé dans le privé que dans le public. En équivalent temps plein, la balance penche alors pour le privé (2266 euros par mois contre 2229 euros).

7/ Davantage de cadres que d'ouvriers ont des horaires variables d'une semaine à l'autre

En 2016, 20% des cadres avaient des horaires qui changeaient d'une semaine à l'autre, contre 15% des ouvriers.

8/ Le niveau de vie moyen des retraités seulement 2% plus faible que celui des actifs

Un chiffre qui montre la générosité du système de retraites français. Le niveau de vie moyen des retraites n'était, en 2016, que 1,8% inférieur à celui des actifs (2045 euros contre 2082 euros par mois) et 5% inférieur aux actifs qui ne sont pas au chômage (2045 euros contre 2165 euros).

9/ Le taux de pauvreté a augmenté depuis 2008

Depuis 2008, année de crise, le taux de pauvreté (les ménages dont le niveau de vie est inférieur à 60% du niveau de vie médian) est passé de 13 à 14,2% en 2015. Ce alors que le seuil de pauvreté n'a que peu évolué (1015 euros en 2015 contre 1019 euros en 2008). Le nombre de personnes pauvres a ainsi augmenté de plus de 900.000, passant de 7,83 millions à 8,87 millions.

10/ 1 logement sur 20 est dépourvu de chauffage

D'après l'Insee, en 2013, 4,6% des logements n'avaient pas de chauffage central ou électrique, ce qui représente quand même 1,3 million de logements. On ne s'étonnera dès lors pas que près de 1 Français sur 5 (18,7%) déclarait avoir souffert pendant 24 heures du froid lors du dernier hiver.

Julien Marion