BFMTV

Dossiers - Page 2

Le Parlement européen a approuvé mercredi le contrôle des investissements étrangers dans l'UE.

Elections européennes 2019

Les élections européennes sont prévues du 23 au 26 mai, et doivent permettre d'élire les 705 eurodéputés qui contribueront à façonner les lois de l'Union pendant cinq ans, au sein du Parlement européen. Une élection multilingue, multinationale, qui appelle aux urnes près de 352 millions d'électeurs. A la suite du Brexit, le nombre de sièges au passe de 751 à 705 pour cette nouvelle élection. En France, le vote doit permettre de choisir 79 eurodéputés, et aura lieu le dimanche 26 mai. Ce scrutin est marqué par la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et se fera sur fond de montée des extrêmes et de l'euroscepticisme. Le rôle du Parlement européen est triple: législatif, d'abord, avec l'adoption de différentes normes, budgétaire aussi, avec la décision du budget annuel de l’Union européenne, et de contrôle enfin, avec la désignation du président de la Commission européenne.

Les élections européennes ont eu lieu en mai 2014.

Elections européennes 2014

En mai 2014, 400 millions d'Européens ont été appelés aux urnes pour des élections européennes. Celles-ci devaient tourner la page de 10 ans d'une Commission controversée, et lancer le processus de renouvellement des institutions de l'UE. Le scrutin, menacé par une poussée des extrêmes, s'est déroulé entre le 22 et le 25 mai 2014 pour désigner 751 députés pour un mandat de cinq ans. Les Français ont voté le dimanche 25 mai. A l'issue du scrutin, c'est le Front national (renommé Rassemblement National depuis juin 2018) qui a remporté 24,86% des voix et est arrivé en tête. Deuxième, l'UMP a obtenu 20 sièges au Parlement européens (sur 74) en cumulant 20,81% des voix et en devançant le Parti socialiste (13,98%), à l'époque au pouvoir.

Manuel Valls le 4 décembre 2014 à Paris. Manuel Valls le 4 décembre 2014 à Paris.

Manuel Valls

Manuel Valls est souvent classé à l'aile droite du Parti socialiste. Longtemps maire d'Evry, entre 2001 et 2012, il incarne une ligne ferme sur les questions de sécurité et réformiste d'un point de vue économique. Ministre de l'intérieur entre 2012 et 2014 puis Premier Ministre entre 2014 et 2016, il se présente à la primaire citoyenne de 2017, qu'il perd au second tour face à Benoit Hamon. Il se met en retrait de la vie politique française après s'être déclaré candidat aux élections municipales à Barcelone en 2019. Sa liste arrive en 4ème position et il est élu conseiller municipal.

Jacques Chirac en 2007 lors de la finale de la Coupe de France

Jacques Chirac

Jacques Chirac a été président de la République française de 1995 à 2007. Il s'est ensuite retiré de la vie publique, affaibli par des problèmes de santé. Figure marquante de la vie politique de la Vème République, il fut aussi maire de Paris durant 18 ans, député de Corrèze et nommé plusieurs fois secrétaire d’Etat ou ministre, ainsi que Premier Ministre sous Valéry Giscard dEstaing ainsi que sous la présidence socialiste de François Mitterrand. Il a également créer le Rassemblement Pour la République. Jacques Chirac est né le 29 novembre 1932 à Paris et mort le 26 septembre 2019.

La Cour de cassation a rejeté le recours de Nicolas Sarkozy qui accusait Mediapart de "faux".

Nicolas Sarkozy

Avocat de profession, Nicolas Sarkozy rejoint la vie politique à 28 ans, en tant que maire de Neuilly-sur-Seine. Dix ans plus tard, il devient ministre du Budget du gouvernement Balladur, et porte-parole du gouvernement. Après avoir soutenu Balladur contre Chirac, pendant la campagne pour la présidentielle de 1995, remportée par ce dernier, Sarkozy est contraint à une traversée du désert. En 2002, il soutient cette fois-ci la candidature de Jacques Chirac et est nommé ministre de l'Intérieur après sa victoire, puis ministre de l'Economie, puis à nouveau minisre de l'Intérieur. Candidat de l'UMP, qu'il préside, il est élu président de la République française en 2007. En 2012, il échoue à se maintenir à l'Elysée face à François Hollande.

L'Eurovision 2021 aura lieu à Rotterdam

Eurovision 2021

Le célèbre concours de chanson aura lieu les 18, 20 et 22 mai 2021, à Rotterdam aux Pays-Bas. Après l'annulation de l'édition 2020 pour cause de pandémie de coronavirus, les organisateurs de l'Eurovision ont confirmé que l'événement aurait bien lieu en 2021 malgré les mesures sanitaires qui touchent les différents pays concernés. Plusieurs scénarios sont envisagés, comme une distanciation sociale des participants, ou même des pré-enregistrements des performances. Les participants présents devront s'isoler cinq jours et présenter un test Covid négatif. La chanteuse Destiny qui représentera Malte part favorite pour cette édition. La France sera représentée par Barbara Pravi avec son titre "Voilà", également bien placée selon les pronostiqueurs. La chanteuse a été désignée parmi 12 candidats à l'issue d'un vote des téléspectateurs, lors d'une soirée spéciale le 30 janvier 2021. Elle succèdera donc à Tom Leeb, qui n'avait pas pu défendre sa chanson en 2020 en raison de l'annulation du concours. Plusieurs polémiques ont éclaté lors de cette édition 2021, d'abord concernant la chanson chypriote d'Elena Tsagrinou, qui abuserait des placements de produits. Mais aussi concernant la chanson biélorusse, qui promeut ouvertement le président Alexandre Loukachenko, dont la réélection est contestée. L'Arménie a annoncé retirer sa participation lors de cette édition de l'Eurovision à cause de la crise politique consécutive au conflit militaire avec l'Azerbaïdjan en 2020.

Le président de la République pose avec sa femme, Brigitte Macron, à l'Elysée avant la cérémonie d'investiture, le 14 mai 2017 à Paris.

Brigitte Macron

Epouse d'Emmanuel Macron, Brigitte Macron alterne entre l'ombre et la lumière. Suscitant un important intérêt médiatique, elle s'est consacrée à la carrière de son mari, quittant au passage son métier de professeur de français. De 19 ans son aînée, elle fut sa prof de français lorsqu'il n'était encore que lycéen. Très présente, Brigitte Macron s'implique dans la vie politique de son mari depuis qu'il est au ministère de l'Economie, à Bercy. Pendant la campagne présidentielle, le couple apparaît à plusieurs reprises à la une de Paris Match, s'affichant volontiers complice. Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, Brigitte Macron est présente lors de certaines réceptions officielles, comme cela a été le cas avec Donald et Melania Trump, lors de l'hommage à Nice pour les cérémonie un an après l'attentat, ou encore lors du sommet du G20, à Hambourg. Mais son rôle est à définir. Pendant l'été, l'Elysée a expliqué travailler sur une charte afin d'encadrer son rôle. Dans les faits, le rôle de la Première dame pourrait s'apparenter à celui occupé pendant huit ans par Michelle Obama. Brigitte Macron a déjà indiqué sa volonté de travailler sur les questions d'éducation et d'handicap. Selon son entourage, la Première dame reçoit entre 200 et 250 lettres par jour, soit trois fois plus que Carla Bruni-Sarkozy qui restait jusqu'alors la première dame la plus populaire. De quoi nécessiter le recours à 10 personnes, à temps plein, sur les 75 qui composent le service courrier de l'Elysée, pour traiter ces missives.

Ce mercredi au Parlement européen, Yannick Jadot demande à rendre hommage aux 13 militaires morts dans un accident d'hélicoptère au Mali. Cependant, un hommage avait déjà eu lieu la veille.

Yannick Jadot

Candidat de Europe - Ecologie - Les Verts, Yannick Jadot est député européen. Il a été élu candidat de son mouvement après une primaire où il a dû affronter Cécile Duflot, Michèle Rivasi et Karima Delli. A 49 ans, il assure vouloir porter un "récit" de l'écologie "subversif, exaltant et pragmatique". Ancien de Greenpeace et grand pourfendeur des traités transatlantiques Ceta et Tafta, Yannick Jadot a un parcours essentiellement marqué par l'engagement associatif. Il fait ses premiers pas en politique en 1999, auprès de Daniel Cohn-Bendit, chez les Verts, à l'occasion de la campagne aux élections européennes. Il sera également dans le sillage de Noël Mamère, lors de la campagne présidentielle de 2002. En 2008, il quitte ses responsabilités au sein de Greenpeace pour rejoindre officiellement Europe Ecologie, le mouvement créé pour les européennes de 2009. A cette occasion, il entre au Parlement européen. En 2011, il est d'abord porte-parole d'Eva Joly pour la campagne présidentielle. Mais il finit par quitter son poste, en désaccord avec la candidate sur ses critiques de l'accord qui liait EELV au Parti socialiste.

Invité sur BFMTV ce dimanche, Philippe Poutou a constaté un "état de faiblesse" et une "résignation qui se généralise", responsables selon lui du manque d’engouement pour la lutte sociale contre les réformes libérales que le gouvernement...

Philippe Poutou

Ouvrier et un des responsables CGT de l'usine Ford de Blanquefort, Philippe Poutou représente pour la deuxième fois le NPA lors de cette élection présidentielle de 2017. En 2012, il totalise 1,15 % des voix, soit 411 160 suffrages au premier tour. C'est moins bien qu'Olivier Besancenot avant lui, avec l'étiquette LCR, qui avait réuni en 2007 4,08% des voix et 4,25% des voix en 2002. Depuis cette élection, il avait pris ses distances avec l'exécutif du mouvement, jugé "trop parisien". Mais en mars 2016, il est de nouveau choisi pour incarner le NPA à l'élection présidentielle. "Dans une situation difficile, le plus simple, c’était que ce soit moi qui y retourne", a-t-il expliqué au Monde. "J’ai une petite expérience, je n’arrive pas en terrain inconnu, même si on sait que ce sera une campagne compliquée". Son slogan pour la présidentielle est un classique du NPA et de l'extrême gauche en général, déjà utilisé avant lui par Olivier Besancenot: "Nos vies, pas leurs profits".

Le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan a proposé ce lundi sur BFMTV ses solutions pour lutter contre le terrorisme islamiste en France trois jours après les attaques dans l'Aude qui ont fait quatre victimes et plusieurs blessés. Le pré...

Nicolas Dupont Aignan

Nicolas Dupont-Aignan a quitté l’UMP en janvier 2007 pour fonder son propre parti, Debout la République, qu’il rebaptise plus tard Debout la France. Un parti qui se réclame du gaullisme et du souverainisme. Maire de Yerres, dans l’Essonne, depuis 1995, il est aussi député et siège parmi les non-inscrits à l’Assemblée. Plusieurs fois candidat, aux élections européennes, et à la présidentielle de 2012, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé sa candidature en mars 2016 pour la présidentielle de 2017. Il se décrit comme un “candidat antisystème” et assure qu’il sera présent au second tour - et qu’importe s’il n’a obtenu qu’1,79% des voix en 2012. Depuis, il est crédité d’un score entre 4 et 7%. Il prône le contrôle des frontières, la baisse de l’immigration ou encore la valorisation du mérite. En matière de terrorisme, il veut l’assignation à résidence des personnes fichées S: “l’Etat de droit n’est pas un totem”, affirme-t-il. Nicolas Dupont-Aignan s’était d’ailleurs illustré en 2014 en réclamant la réouverture du bagne de Cayenne pour les jihadistes. Une proposition qu’il soutient toujours.

Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle

Nathalie Arthaud

Porte-parole de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud mène en 2017 sa seconde campagne présidentielle. En 2012, elle avait succédé à Arlette Laguiller pour représenter son mouvement. Elle rassemble alors 0,56 % des voix, soit 202 548 voix suffrage au premier tour. Elle ne donne pas de consigne de vote pour le second tour, considérant François Hollande comme un "faux ami". Nommée candidate de son mouvement en mars 2016, elle attaque frontalement le Parti socialiste et François Hollande. " Nous n'avons jamais fait partie de la gauche gouvernementale, d'un gouvernement qui se prétend de gauche et qui usurpe même l'étiquette socialiste. Nous n'avons rien à voir avec cette politique-là", assure-telle. Conseillère municipale de Vaulx-en-Velin jusqu'en 2014, la candidate est également professeur d'économie et de gestion dans un lycée à Aubervilliers.

Six candidats de l'élection présidentielle 2017.

Election présidentielle 2017

L'élection présidentielle 2017 s'est déroulée les 23 avril et 7 mai 2017. Elle a permis aux Français de choisir un successeur à François Hollande, pour les cinq années suivantes. A l'issue du second tour, Emmanuel Macron a été élu président de la République avec 66,10% des voix, face à Marine Le Pen. Le premier tour de l'élection a opposé 11 candidats, qui ont pu confronter leurs idées et leurs programmes lors de deux débats télévisés. Les résultats du premier tour ont été très serrés, les quatre premiers candidats dépassant les 7 millions de voix (avec un taux de participation de 77,8%). En suffrages exprimés, Emmanuel Macron a recueilli 24%, Marine Le Pen 21,3%, François Fillon 20%, Jean-Luc Mélenchon 19,6%, Benoît Hamon 6,4%, Nicolas Dupont-Aignan 4,7%, Jean Lassalle 1,2% et Philippe Poutou 1,1%. Cette élection a été marquée par de multiples surprises, d'abord lors des primaires ouvertes des deux partis historiques : François Fillon a été désigné candidat pour Les Républicains, face au favori des sondages Alain Juppé, et Benoît Hamon a été désigné candidat du Parti socialiste, déjouant tous les pronostics qui donnaient Manuel Valls ou Arnaud Montebourg gagnants. Ensuite, le coup de tonnerre des affaires Fillon et la perte de vitesse de Hamon, laissant un boulevard au centre à l'ancien ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'origine de son propre mouvement et soutenu par les défecteurs des deux partis, par François Bayrou (MoDem) et par de nombreux acteurs économiques. Enfin, le débat historique entre deux candidats auto-proclamés "anti-système" et la deuxième fois que l'extrême-droite était qualifiée pour le second tour, quinze après l'arrivée au second tour de Jean-Marie Le Pen, père de Marine Le Pen et fondateur du Front national (devenu Rassemblement national). Cinq ans plus tard, les premiers sondages prédisent un scénario similaire pour l'élection présidentielle de 2022, mais les données sont encore incomplètes et la situation de crise inédite.

Jacques Cheminade

Jacques Cheminade

Régulièrement, il réapparaît à la surprise générale: Jacques Cheminade est candidat pour la troisième fois à l’élection présidentielle. A 74 ans, il est le doyen des candidats, et fondateur du parti Solidarité et progrès, épinglé par l’organisme de lutte contre les sectes Miviludes comme “jouant sur la fibre idéaliste et engagée des étudiants”. Il se décrit comme un “gaulliste de gauche” et défend notamment une sortie de l’euro et “un monde sans la City ni Wall Street”, du titre de l’un de ses livres. Inspiré de l’homme politique américain controversé Lyndon LaRouche, Jacques Cheminade s’est fait remarquer par ses propositions parfois iconoclastes. Ainsi, il veut lancer des programmes pour “l’industrialisation de la Lune” et en faire une “plateforme future vers Mars et le reste du système solaire.” Un objectif déjà défendu en 2012, qui figure à nouveau dans son programme de 2017. Aura-t-il suffisamment de parrainages pour mener sa campagne jusqu’au bout? Ca n’est pas certain. Jacques Cheminade a déjà dû renoncer à se présenter plusieurs fois faute de signatures.

François Fillon (LR) - Portrait

François Fillon

Elu de la Sarthe, député de Paris et plusieurs fois ministre, François Fillon a surtout été le chef du gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy pendant 5 ans, avant de soutenir sa candidature à la présidentielle de 2012. Il échoue ensuite à prendre la tête de l'UMP lors de l'élection interne de 2012 face à Jean-François Copé. Un scrutin qui laissera la droite longtemps divisée. A l'occasion de la primaire de la droite, il s'est imposé à la faveur d'une fin de campagne canon. Outsider, mais loin des favoris Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, François Fillon s'est finalement imposé très clairement, lors d'un second tour face au maire de Bordeaux. Lancé dans la course très tôt, il affirme être un "candidat qui veut proposer un projet de rupture et de progrès". Son programme économique, libéral, préconise une maitrise stricte des dépenses publiques, veut atteindre 110 milliards d'économies en cinq ans, la suppression des 35 heures et de l'ISF ainsi que celle de la retraite à 65 ans. Sur les sujets sociétaux comme l'éducation, il propose notamment de "réécrire les programmes d'histoire avec l'idée de les concevoir comme un récit national" et souhaite "imposer" aux musulmans de France "les règles communes qu'ont acceptées les chrétiens et les juifs". Pas question cependant de durcir les règles de la laïcité.