11/12

Quand seule la guerre vous attend, il faut avancer

"La voie ferrée qui traverse l’ancienne gare d’Idomeni, où s’entassent près de dix mille réfugiés syriens, afghans, irakiens, et qui continue vers la Macédoine. Les cars de la police grecque barrent le chemin. La police macédonienne refoule sans ménagement les migrants et, parfois, tire des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc si ceux-ci, désespérés, tentent de forcer le passage. La police grecque aussi use de gaz lacrymogènes à l’encontre des réfugiés. Quand on a tout vendu là-bas pour payer les passeurs et que seule la guerre vous attend, on ne peut plus retourner chez soi, il faut avancer, aller là où l’on voudra bien de vous. Mais ni la Macédoine ni l’Europe veulent désormais laisser entrer les migrants, et ceux-ci sont piégés à Idomeni comme des mouches derrière une vitre."

Texte Pierre Brunet ; photos Anaïd de Dieuleveult pour Solidarités International

A la rencontre des réfugiés en Macédoine et en Grèce