6/12

Les chants nostalgiques du pays quitté à regret

"A la tombée du soir, dans le camp d’Idomeni, trois jeunes filles kurdes improvisent un récital; violon, guitare et bouzouki. L’assistance reprend les chants nostalgiques du pays quitté à regret. Sur les routes dangereuses et harassantes de l’exil, serré contre soi avec son sac, la nuit, sur un zodiac surchargé manquant de chavirer, on a gardé farouchement son instrument de musique pour rester soi-même, plus fort que la barbarie que l’on a fuie, et que la misère, le dénuement et le désespoir que l’on a trouvés, en lieu et place d’une nouvelle existence. Quelques jours avant, un exercice de l’OTAN a fait survoler le camp par des chasseurs-bombardiers. Les enfants, croyant revivre les attaques aériennes meurtrières, se sont mis à hurler, à pleurer ou à courir pour se cacher."

Texte Pierre Brunet ; photos Anaïd de Dieuleveult pour Solidarités International

A la rencontre des réfugiés en Macédoine et en Grèce