7/8

Un semblant d'intérieur

La cellule de cet établissement pour longues peines n’excède pas 6 mètres carré. En tendant les bras, la personne détenue peut toucher les murs de chaque côté. Malgré l’exiguïté du lieu, cet homme a récréé un semblant d’intérieur. Chaque parcelle de mur est utilisée pour accueillir ses affaires. Les barreaux servent de placard à chaussure. Elles sont emballées dans du papier plastique pour ne pas être mouillées par les intempéries. Ce détenu s’estime chanceux car depuis sa fenêtre, il peut regarder la nature environnante.

Grégoire Korganow

Plongée au cœur des prisons françaises