8/8

La ronde de nuit

"La nuit, toutes les quatre heures, ce surveillant effectue seul sa ronde. Il doit s’assurer que les détenus repérés comme fragiles par la direction de l’établissement ne commettent pas l’irréparable. Il frappe à leur porte, il regarde à travers l’œilleton. Le prisonnier endormi doit alors se manifester et bouger. Une fois à 21 heures, une autre à 1 heure du matin et une dernière à 5 heures. Cette surveillance spéciale est souvent la cause de conflit car les personnes détenues concernées sont parfois excédées d’être réveillées plusieurs fois dans la nuit."

>> Lire son interview ici

Grégoire Korganow

Plongée au cœur des prisons françaises