15/18

Washington

Des manifestants ont mointré leur mécontentement face à la Maison blanche. Les autorités ont voulu à tout prix éviter une éruption de violences comme lundi soir. Celles-ci ont été fermement condamnées par le président américain Barack Obama. "Brûler des bâtiments, mettre le feu à des voitures, détruire des biens, mettre des gens en danger: il n'y a aucune excuse pour cela, ce sont des actes criminels", a-t-il déclaré à Chicago (Illinois, nord).

Mladen Antonov - AFP

Ferguson: accalmie avant Thanksgiving, colère à Londres