9/10

Une destruction dans la douleur

Les pavillons tombent petit à petit en décrépitude et il est décidé, en 1969, que le marché déserte le cœur de la capitale pour s'installer à Rungis, dans le Val-de-Marne. Les grossistes ne partent pas de bonne volonté, mais la destruction des pavillons, jugés insalubres, provoque une opposition encore plus forte. Lutte associative, occupation sauvage, le "quartier qui ne dort jamais" veut conserver son architecture 19e siècle, mais rien n'y fait. En 1971 commence l'entreprise de démolition.

Joël Saget - AFP

Canopée: désormais, un toit couvre le "ventre" de Paris