BFMTV

Mort du photographe Marc Riboud, auteur d'images-icônes du 20e siècle

Marc Riboud, photographié chez lui, à Paris, en mars 2009.

Marc Riboud, photographié chez lui, à Paris, en mars 2009. - Martin Bureau - AFP

Le photographe Marc Riboud, ancien de l'agence Magnum et auteur de nombreux clichés emblématiques du XXe siècle, s'est éteint mardi à l'âge de 93 ans.

Ses photos sont devenues des icônes de l'histoire du XXe siècle. Le photographe Marc Riboud, auteur de nombreux clichés mondialement connus comme la "Fille à la fleur" manifestant contre la guerre du Vietnam, est mort mardi à l'âge de 93 ans. Maître du noir et blanc, grand reporter d'une actualité qu'il traitait avec sensibilité, Marc Riboud, qui travailla longtemps pour l'agence Magnum, expliquait qu'il photographiait "comme un musicien chantonne".

Cartier-Bresson et Capa comme mentors

Né le 24 juin 1923 à Saint-Genis-Laval, près de Lyon, dans une famille bourgeoise, Marc Riboud était le cinquième d'une fratrie de sept enfants parmi lesquels Jean Riboud, patron de Schlumberger, et Antoine Riboud, mort en 2002 et qui fut le fondateur et le PDG de Danone.

Le jeune Marc démarre la photo à l'âge de 14 ans avec un Vest Pocket Kodak que lui offre son père. Après avoir pris le maquis dans le Vercors en 1943-44, le jeune homme suit une formation d'ingénieur puis monte en 1952 à Paris où il rencontre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa, les créateurs de Magnum, qui deviendront ses mentors. Il intègre l'agence en 1953, alors que la même année paraît dans Life sa célèbre photo de Zazou, le peintre en salopette et en espadrilles qui repeint les poutrelles de la Tour Eiffel.

Tour du monde

Marc Riboud part en Angleterre, aux Etats-Unis, puis s'embarque pour un voyage planétaire qui l'emmène en Inde, en Chine communiste - qu'il est en 1957 l'un des premiers européens à parcourir -, en Algérie, en Afrique noire, au Vietnam, au Bangladesh, aux Etats-Unis, au Japon, à Cuba. Mais malgré sa capacité à immortaliser l'actualité, il préférait se dire photographe plutôt que photojournaliste. 

Président de Magnum de 1974 à 1976, il quitte finalement l'agence en 1979 parce qu'il "n'aime pas la compétition pour la gloire" qui s'y développe, dit-il. Ses photographies ont été publiées dans de nombreux magazines comme Life, Geo, National Geographic, Paris-Match ou Stern.

Clichés emblématiques

Parmi ses clichés les plus emblématiques figurent notamment celui de cette jeune femme manifestant fleur à la main contre la guerre du Vietnam, face aux baïonnettes des soldats. Ou le fameux "Peintre de la Tour Eiffel", qui semble danser sans filet au milieu des poutrelles métalliques, pinceau à la main. Une photo devenue une icône de Paris. 

"On dirait qu'il tient en équilibre grâce à son pinceau. Je n'ai aucun mérite, si ce n'est d'être monté à pied par l'escalier en colimaçon de la Tour", racontait-il au sujet de cette photo en 2009.

Exposé dans le monde entier

Vainqueur de plusieurs prix et auteur d'une quinzaine d'ouvrages, Marc Riboud a été très souvent exposé dans des galeries et des musées, en France, à Londres et New-York.

A 80 ans passés, un appareil toujours en poche, il continuait inlassablement à photographier le monde, toujours en argentique - "j'ai essayé le numérique, une après-midi, une fois", disait-il. Il était encore parti, à 85 ans, photographier l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche. Et au printemps 2010, à l'âge de 87 ans, il était de nouveau retourné en Chine à l'occasion d'une rétrospective de ses oeuvres à Shanghai et Pékin. 

A.S. avec AFP