BFMTV

Mort de Guillaume Depardieu : témoignages

-

- - -

L'acteur Guillaume Depardieu est décédé ce lundi à Garches des suites d'une pneumonie foudroyante. Retour en images sur sa vie, sa carrière, et hommages.

[Retour au sommaire Rétro 2008]

L'acteur Guillaume Depardieu est décédé ce lundi 13 octobre à l'hôpital de Garches, à l'âge de 37 ans, après "avoir contracté un virus qui a provoqué une pneumonie foudroyante", selon l'agent de son père Gérard Depardieu et selon l'agence France Presse.
Fils de Gérard et d'Elisabeth Depardieu, également comédienne, né le 7 avril 1971, cet acteur à la sensibilité à fleur de peau a tourné près d'une vingtaine de films parmi lesquels "Les apprentis" qui lui vaut en 1996 le César du meilleur espoir.

« Il a eu le talent de se détruire »

Jean Rochefort, qui avait joué avec Guillaume Depardieu dans le film Cible Emouvante en 1993, raconte le souvenir qu'il garde de l'acteur : « C'était un garçon écorché, mal adapté au monde et portant des douleurs jusqu'au bout des ongles. Mais en même temps qui pouvait être aussi affectueux. Je pense à Rimbaud, je ne sais pas pourquoi. Il était poète. Il avait tout au départ et puis il a eu le talent de se détruire... ».

La réalisatrice Josée Dayan, qui l'avait fait tourner plusieurs fois pour la télévision, notament dans Les Rois Maudits, était l'invitée de Karl Zéro sur BFMTV : « C'était comme un ange, et les anges ne vivent pas vieux. C'est vrai qu'il a cette grâce des grands acteurs, comme James Dean ou comme Gérard Philippe. C'était un type d'une générosité, d'une drôlerie, d'un humour incroyable, et à la fois d'un désespoir car c'est un écorché vif. Un grand artiste, c'est quelqu'un d'écorché vif, c'est quelqu'un qui donne de lui jusqu'au bout. Je suis homosexuelle mais quand je voyais Guillaume j'étais amoureuse de lui parce qu'il a une grâce que personne n'a ».

Alain Grasset, journaliste cinéma au Parisien, était ce matin en direct dans RMC Première : « Ces derniers temps, il était installé dans un cadre étonnant, et en même temps pas trop étonnant car c'est souvent là que vivent les acteurs sur les tournages : il avait choisi de vivre dans une sorte de camping-car à l'Ouest de la région parisienne. C'était sa façon à lui d'être indépendant, rebelle, puisque c'était ça aussi sa personnalité. On peut imaginer que c'est quelqu'un qui gagnait beaucoup d'argent, or pas du tout : il faisait des petits films, il n'avait pas d'énormes salaires, il était parfois payé au minimum syndical ».

« J'ai toujours eu le sentiment de quelqu'un qui était en sursis, particulièrement depuis qu'il avait eu sa jambe coupée. Une décision qu'il avait prise et assumée avec une force absolument incroyable puisque jusqu'au dernier moment dans le milieu on ne pensait pas qu'il allait aller jusqu'à cette extrémité et pourtant il y est allé ».

La rédaction avec BFMTV-RMC Première : Le 5-7