BFMTV

Loto du patrimoine: le comité de sélection arrête sa liste de 14 sites "emblématiques" 

Officier de marine et écrivain, le Rochefortais Pierre Loti (1850-1923),  a cultivé sa vie durant la passion du voyage.

Officier de marine et écrivain, le Rochefortais Pierre Loti (1850-1923), a cultivé sa vie durant la passion du voyage. - DERRICK CEYRAC / AFP

Au total, 250 sites culturels ont été retenus. Mais un petit nombre d'entre eux serviront de vitrine à cette opération. Leur rénovation sera entièrement financée par ce biais alors que pour les autres, il s'agira seulement d'une aide.

Ce ne sont pas 120 comme prévu initialement, mais 250 biens culturels en péril ou ayant besoin d'une rénovation qui auront finalement droit à la manne du "loto du patrimoine". Stéphane Bern, chargé par Emmanuel Macron de chapeauter cette opération de sauvegarde du patrimoine, est dit-il dans une interview au Parisien, à l'origine du changement. Et il assume. Selon lui, le fait de retenir finalement plus de fois plus de biens ne réduira pas la somme consacré à chacun.

"Cela va au contraire relancer l'intérêt et favoriser les dons, parce que beaucoup font déjà l'objet d'une campagne de financement." Un moyen, selon l'animateur de s'éviter "des heures de discussion" et surtout, de ne pas décevoir les espoirs nés avec le lancement de cette campagne.

Quant à la collaboration avec Emmanuel Macron, "tout se passe de façon formidable", assure l'animateur interrogé par l'AFP. "L'engagement du président de la République est extrêmement important. Enfin, on a trouvé un président qui aime le patrimoine", lance-t-il.

Parmi ces 250, 14 projets "emblématiques" ont été retenus par le comité de sélection. Pour eux, la différence est que leur rénovation sera entièrement financée par ce loto et ces jeux de grattage. Les autres ne recevront qu'une aide. La photo de ces 14 lieux figurera en outre sur les tickets émis par la Française des Jeux.

> Les 14 sites "emblématiques" déjà connus sont: 

Selon la liste publiée par Le Parisien, les sites emblématiques sont les suivants:

fort Cigogne, dans le Finistère;

château de Carneville, dans la Manche;

couvent de Saint-François à Pino, en Haute-Corse;

théâtre de Bar-le-Duc, dans la Meuse;

hôtel-Dieu de Château-Thierry, en Alsace;

villa Viardot à Bougival, dans les Yvelines;

aqueduc du Gier, dans le Rhône;

hôtel de Polignac, école publique de Condom, dans le Gers;

maison de Pierre Loti à Rochefort, en Charente-Maritime;

rotonde ferroviaire de Montval-sur-Loire, dans la Sarthe;

  • château de Bussy-Rabutin, en Côte-d'Or;

pont d'Ordres (dit Pont du Moulin) à Thorame-Haute, dans les Alpes de Haute-Provence;

église Notre-Dame à la Celle-Guenand, en Indre-et-Loire;

  • maison d'Aimé Césaire, en Martinique;

et deux monuments qui restent à choisir en Guadeloupe et à La Réunion.

> Lancement en mai par le président de la République

  • Côté calendrier, le début de l'opération est imminent. "Dans la première quinzaine de mai, le président va vraiment lancer l’opération lors d’un déplacement à la Maison Pierre-Loti à Rochefort, en Charente-Maritime", révèle Stéphane Bern.

Le liste définitive des 250 sites arrêtée parmi quelque 2.000 propositions faites par les Français sur le site participatif du ministère de l'Intérieur sera quant à elle annoncée début mai par Emmanuel Macron.

> 15 à 20 millions espérés

  • En complément du jeu de grattage, dont les tickets seront vendus 15 euros début septembre, un tirage spécial aura lieu le 14 septembre, veille des Journées européennes du Patrimoine. Ses recettes, estimées par le gouvernement entre 15 et 20 millions d'euros, seront affectées à un fonds spécifique baptisé "Patrimoine en péril". Le nouveau fonds pourra financer des réhabilitations tant de sites recensés par Stéphane Bern que de sites confiés au Centre des Monuments nationaux.

Selon la ministre de la Culture Françoise Nyssen, "un quart des monuments protégés sont jugés en mauvais état et 5%, soit environ 2.000 monuments, sont considérés en état de péril".

David Namias