BFMTV

Loto du patrimoine: 13 monuments franciliens sélectionnés

La villa Viardot à Bougival fait partie des sites retenus pour le loto du patrimoine.

La villa Viardot à Bougival fait partie des sites retenus pour le loto du patrimoine. - Renaud Camus - Flickr

Treize sites en Île-de-France vont bénéficier des financements issus du loto du patrimoine, qui sera lancé en septembre prochain.

Un nouveau jeu de la Française des jeux va venir au secours du patrimoine français. Et l'Ile-de-France va pouvoir en bénéficier. RTL a dévoilé cette semaine la liste des sites en danger, sélectionnés après un appel à propositions sur le site du ministère de la Culture.

Pour l'instant, 250 sites ont été retenus dont treize en Ile-de-France. Stéphane Bern, chargé par Emmanuel Macron de chapeauter cette opération de sauvegarde du patrimoine a précisé que cette liste "n'était pas définitive" mais prenait en compte des "dossiers les plus urgents". 

Jeu de grattage et tirage du loto

En septembre prochain, la Française des jeux mettra en vente des tickets de grattage à l'effigie des monuments les plus emblématiques, un tirage spécial du loto aura aussi lieu à l'occasion des Journées du patrimoine le 14 septembre. Les recettes dégagées par le jeu seront reversées à la Fondation du patrimoine qui dédiera ces fonds à la rénovation des sites sélectionnés.

En Ile-de-France, les monuments qui vont être accompagnés sont: le château de Vigny, le domaine de Méréville, le château de La Chapelle-Gauthier, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption à Voulton, la grotte de coquillages de la chapelle des Capucins à Coulommiers, l'ancienne maison de plaisance du baron Ménager à Germigny-l'Evêque, la Poudrerie nationale de Sevran-Livry à Vaujours, la chapelle Notre-Dame-des-Sans-Logis-et-de-tout-le-monde à Noisy-le-Grand, l'ancien couvent des Ursulines de Saint-Denis, la villa Viardot à Bougival, le château de l'hospice Ferrari à Clamart, le château de Vigny, la Ferme de Monsieur à Mandres-les-Roses et l'Ecole de Méhul de plein air à Pantin. 

15 à 20 millions d'euros espérés

Les budgets manquants pour restaurer ces monuments sont divers, de 20.000 euros pour la grotte de coquillages de Coulommiers à 500.000 euros pour la Poudrerie nationale.

En tout, les partenaires de cette opération espèrent parvenir à récolter 15 à 20 millions d'euros, indique RTL. La moitié de cette somme sera allouée aux travaux urgents des sites les plus emblématiques et le reste réparti sur les autres sites. 

Carole Blanchard