BFMTV

Le jeune homme décédé après "l'apéro géant" à Nantes était ivre

BFMTV

par Guillaume Frouin NANTES, Loire-Atlantique - Le jeune homme de 21 ans mort jeudi à Nantes après avoir participé à un apéritif géant organisé via...

par Guillaume Frouin

NANTES, Loire-Atlantique (Reuters) - Le jeune homme de 21 ans mort jeudi à Nantes après avoir participé à un apéritif géant organisé via Facebook avait 2,40 g d'alcool par litre de sang, a déclaré le procureur de la République.

Le jeune homme est tombé sur la tête de cinq à six mètres de haut, jeudi à 03h00 du matin, après avoir voulu glisser sur la balustrade d'un escalier. Il est mort dans l'après-midi des suites de ses traumatismes crânien et thoracique.

"Selon les amis qui l'accompagnaient, la victime avait bu dix à quinze verres d'alcool fort, d'abord dans un appartement, avant de rejoindre le lieu de l'apéritif", a précisé Xavier Ronsin lors d'une conférence de presse.

"La mort est incontestablement due à une grave imprudence individuelle, mais sa véritable cause est l'alcoolisation massive", a-t-il ajouté.

Pour le procureur de la République de Nantes, "ces appels répétés à boire et à se saouler ensemble sont consternants".

"Je ne comprends pas la gloire et le défi qu'il peut y avoir, dans une ville de 600.000 habitants. La prochaine fois, quel sera l'exploit ? Rassembler 11.000 personnes ? Avoir deux morts ou davantage de comas éthyliques ?", a-t-il souligné.

Pour autant, Xavier Ronsin n'envisage pas de poursuivre pénalement l'internaute qui a appelé en premier à cet "apéro Facebook", qui a réuni 10.000 personnes dans la nuit de mercredi à jeudi sur une place du centre-ville de Nantes.

COMPARUTIONS IMMÉDIATES

"En l'état actuel de la réflexion du parquet, aucune responsabilité pénale ne semble pouvoir être recherchée", a-t-il dit. "Il n'y a pas de causalité immédiate entre l'appel au rassemblement et la mort de ce jeune homme."

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, présidera la semaine prochaine une réunion de travail sur les "apéros géants" en présence des préfets et maires concernés, a annoncé vendredi son ministère.

Un arrêté préfectoral avait interdit le transport et la vente à emporter d'alcool de 18h00 mercredi à 06h00 jeudi dans le centre-ville de Nantes, mais il s'est avéré "inapplicable" compte tenu de la foule présente, selon un policier.

Au total, 42 personnes ont été interpellées dans la nuit pour des trafics de stupéfiants, des vols ou des violences.

Un policier a été légèrement blessé, selon la préfecture.

Les auteurs présumés de ces "violences sur agent de la force publique" devaient être jugés vendredi après-midi en comparution immédiate.

"Nous ferons tout pour identifier les organisateurs", avait dit jeudi le préfet Jean Daubigny lors d'une conférence de presse.

"L'anonymat derrière lequel se dissimulent des personnes ayant appelé à ce rassemblement revêt un caractère d'autant plus irresponsable", avait-il ajouté.

En plus de Nantes, un "apéro géant", pourtant interdit par les autorités, avait rassemblé quelque 11.000 personnes mercredi soir à Montpellier.

Un autre était prévu à Paris, sur le Champ-de-Mars, au soir du dimanche 23 mai, mais a été annulé.

Edité par Sophie Louet