BFMTV

Les indémodables "Monsieur-Madame" fêtent leur 50 ans

Née sous le crayon de Roger Hargreaves il y a un demi-siècle, la série pour enfants se poursuit grâce à son fils.

Plutôt Monsieur Grincheux ou Madame Farceuse? Avec ses bonhommes ronds ou carrés et colorés, la série de livres pour enfants Monsieur-Madame souffle ses 50 bougies, survivant au décès de son créateur britannique Roger Hargreaves grâce à l'investissement de son fils Adam.

"C'est incroyable que nous ayons atteint un demi-siècle, c'est une très longue durée de vie pour une série", se réjouit Adam Hargreaves dans un entretien à l'AFP. Cinquante ans après la publication du premier livre en 1971, "cela témoigne de la force de l'idée de mon père".

Lui-même n'est pas étranger à la genèse de Monsieur-Madame, où les héros adoptent le nom du caractère ou comportement dont ils sont l'icône. Car à l'origine de cette série se trouve une question du petit Adam à son père, "une de ces questions impossibles dont les enfants ont le secret": "À quoi ressemble une chatouille?" Armé de ses crayons, son père crée alors pour Adam "Monsieur Chatouille", petit bonhomme orange au chapeau bleu et aux bras d'une longueur incroyable.

En France, un livre vendu toutes les 12 secondes

Le personnage devient un livre qui connaît un succès foudroyant, bientôt rejoint par une cohorte de copains. Les héroïnes ne feront leur apparition que 10 ans plus tard. Depuis, 250 millions petits livres carrés de cette série fleuve, commercialisée dans 30 pays, ont été vendus dans le monde, dont un toutes les 12 secondes l'année dernière en France.

Ambitieux, Roger Hargreaves avait selon son fils réalisé assez tôt le potentiel de sa série, qui explore avec humour les attitudes humaines - qualités comme défauts. "Mais je ne pense pas qu'il avait imaginé que Monsieur-Madame durerait cinquante ans et serait un tel succès", affirme Adam. "Il aurait été absolument ravi!"

Une histoire de filiation

L'histoire des petits bonhommes hauts en couleurs aurait pu s'arrêter net en 1988 lorsque Roger Hargreaves décède brusquement à 53 ans. Adam, qui travaillait dans une ferme mais avait "toujours aimé dessiner", décide alors de reprendre le flambeau.

"Le plus difficile, c'était l'idée de créer quelque chose de nouveau. Je voyais ça comme une idée de mon père", confie l'auteur, qui ne s'est pas senti légitime avant "six ou sept ans pour commencer à créer de nouveaux personnages".

L'inspiration, Adam la trouve évidemment dans "les émotions et caractéristiques humaines", mais encore beaucoup dans l'héritage paternel, retournant "souvent parcourir ses livres" lorsqu'il se trouve "coincé".

"Beaucoup de gens pensent que marcher dans les traces de mon père est quelque chose de très difficile émotionnellement", explique-t-il, mais "j'y trouve au contraire du réconfort, ça m'a rapproché de lui".

Basés sur les émotions

Par nostalgie peut-être, il y a des choses qu'Adam refuse de changer: le "style unique" du dessin paternel, la décoration des intérieurs - "définitivement figée dans les années 70"-, les combinés de téléphone "à l'ancienne".

Car la force de Monsieur-Madame réside pour lui dans son intemporalité. Les personnages sont "basés sur nous, nos émotions, qui évoluent peu", explique-t-il, "les enfants reçoivent la série de la même manière qu'il y a 50 ans, l'idée n'a pas besoin d'être modernisée".

Émotions confinées

Pourtant, Monsieur-Madame reste bien ancré dans l'air du temps. Ces dernières années, Adam Hargreaves a signé de surprenantes collaborations, transformant des héros de la série de science fiction culte Doctor Who ou les Spice Girls en personnages.

"Pendant la pandémie, les Monsieur-Madame ont pu aider les enfants à comprendre ce qu'ils ressentent", espère-t-il, estimant que "Monsieur Grincheux peut leur montrer de manière amusante ce qu'est la colère et comment la gérer" pendant le confinement.

Pour célébrer les 50 ans de la série, les jeunes lecteurs sont mis à contribution: ils ont jusqu'au 31 mars pour voter en faveur de deux nouveaux personnages, entre Monsieur Tranquille, Madame Gentille, Madame Courage, Madame Énergie ou Monsieur Artiste.

Les heureux élus viendront ainsi rejoindre la grande famille comptant 100 personnages, dont certains ont été créés uniquement pour la France à la demande de l'éditeur Hachette, afin de combler le retard accumulé chez les dames.

À 57 ans, Adam n'envisage pas pour l'instant de poser son pinceau. Mais ce père de famille espère que lorsque la retraite sonnera, l'épopée familiale se perpétuera: "Qui sait, peut-être que dans 50 ans, une autre génération de Hargreaves dessinera et écrira Monsieur-Madame !".

B.P. avec AFP