BFMTV

"Coco" : top ou flop pour Gad Elmaleh ?

Une sortie bien programmée : à 3 jours du Printemps du cinéma, pendant lequel la séance sera à 3 euros 50, du dimanche 22 au mardi 24 mars

Une sortie bien programmée : à 3 jours du Printemps du cinéma, pendant lequel la séance sera à 3 euros 50, du dimanche 22 au mardi 24 mars - -

Gad Elmaleh est Coco. Il l'a écrit, interprété et pour la première fois, réalisé. Si sur scène le succès du comique et de son personnage phare n'est plus à faire, sur grand écran, c'est une autre affaire...

La bande-annonce


Le pitch

Gad Elmaleh reprend Simon Bensoussan, alias « Coco », l'un des personnages emblématiques de son spectacle. L'histoire, présentée sur le site officiel du film : Coco, 40 ans, self made man, est l'exemple parfait de la réussite sociale. Parti de rien, immigré, il a réalisé en 15 ans une des plus fulgurantes "success story" des temps modernes grâce à son invention de l'eau frétillante.
Mais pour Coco, la plus grande consécration est à venir : la bar-mitsva de son fils Samuel qui aura lieu dans six mois. Il invite tout le monde à "l'évènement national de l'année" et promet du jamais vu, de l'époustouflant, du Coco ! Trop obsédé par la perspective d'en mettre plein la vue au monde entier pour "sa" fête, Coco agit avec démesure et frôle la folie sans voir que sa femme, son fils, sa mère et tous ses proches se désolidarisent peu à peu. Cet évènement va devenir pour lui un instant de vérité sur son rôle de père.

La critique de Michel Pascal

Gad Elmaleh passe pour la première fois derrière la caméra. Scénariste, acteur et réalisateur de Coco... c'est peut-être un peu trop. L'un de ces plus célèbres sketchs du comédien sur scène : l'histoire de la bar-mitsva géante, le père qui veut « éclater tout le monde » en faisant la fête du siècle et en louant le Stade de France pour la gloire de son fiston, et surtout pour la sienne. C'est le parvenu bling-bling que Gad a créé dans ses spectacles. On retrouve avec plaisir dans son film sa verve, ses gags, ses jeux de mots, sa gestuelle... On retient aussi son partenaire, le jeune Manu Payet, ancien animateur sur NRJ et récemment "voix" du personnage principal de Kung Fu Panda. Mais le rythme du récit s'enlise et peine à nous faire rire pendant 1h30. Les fans de Gad, qui viendront sans doute en nombre applaudir leur « chouchou », pourraient sortir des salles obscures, quelque peu déçus...

La rédaction