BFMTV

Cannes: Woody Allen de retour, dans le doux-amer

Woody Allen devait fouler à nouveau le tapis rouge cannois ce samedi pour présenter, hors compétition, sa dernière production, "You Will Meet a Tall Dark Stranger", une comédie douce mais aussi, comme l'implique le titre, amère. /Photo prise le 15 mai 201

Woody Allen devait fouler à nouveau le tapis rouge cannois ce samedi pour présenter, hors compétition, sa dernière production, "You Will Meet a Tall Dark Stranger", une comédie douce mais aussi, comme l'implique le titre, amère. /Photo prise le 15 mai 201 - -

CANNES - Woody Allen devait fouler à nouveau le tapis rouge cannois ce samedi pour présenter, hors compétition, sa dernière production, "You Will...

CANNES (Reuters) - Woody Allen devait fouler à nouveau le tapis rouge cannois ce samedi pour présenter, hors compétition, sa dernière production, "You Will Meet a Tall Dark Stranger", une comédie douce mais aussi, comme l'implique le titre, amère.

Le cinéaste à l'ample filmographie qui s'ouvre, comme réalisateur, en 1969 avec "Prends l'oseille et tire-toi", fait dans ce film une nouvelle infidélité à son cher New York puisqu'il a tourné à Londres, ce qui, de son propre aveu, revient moins cher.

Comme à l'habitude, le cinéaste déploie son texte et sa caméra sur une pléiade de vedettes - tourner pour Woody Allen donne toujours un certain cachet à un curriculum vitae d'acteur et d'actrice - pour enfiler plusieurs histoires et situations qui viennent à se chevaucher afin d'exprimer son point de vue, ici sur la vieillesse, la mort, et la nécessaire illusion.

Lorsque Helena (Gemma Jones) se fait plaquer par Alfie (Anthony Hopkins), son époux brusquement saisi du sentiment de sa propre mortalité mais aussi du démon de midi, elle ne trouve son salut que dans la consultation d'une Madame Irma locale.

Quarante années de mariage brusquement interrompues ont rendu Helena à ce point fragile qu'elle va croire aveuglément aux moindres prédictions de la voyante.

Sa fille (Naomi Watts), qui travaille dans une galerie d'art, est trop heureuse de voir sa mère recouvrer une certaine sérénité malgré tout.

Le problème est que les prédictions de la voyante s'adressent non seulement à Helena mais aussi à tous ses proches et notamment à l'époux de sa fille, un romancier interprété par Josh Brolin, qui n'arrive plus à renouer avec le succès et qui avait déjà maille à partir avec sa belle-mère.

BEAU TÉNÉBREUX ET FAUCHEUSE

Tous les ingrédients de la comédie sont réunis pour concocter une parfaite comédie des erreurs, selon la formule de William Shakespeare, l'auteur élisabéthain étant d'ailleurs invoqué d'entrée par une voix off qui ponctue les péripéties de l'histoire.

"Une bonne partie de mes films a une qualité littéraire et si je ne tournais pas des films j'écrirais sans doute des livres", a expliqué le cinéaste, lors de la conférence de presse, au sujet de l'emploi de la voix off. "Ca me met à l'aise qu'il y ait une présence omnisciente qui raconte l'histoire".

Cette voix off cite une célèbre réplique tirée de Macbeth: "La vie (...) est une fable racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien".

Si l'objectif de Woody Allen était de démontrer la pertinence de cet aphorisme, il y a pleinement réussi.

"You Will Meet a Dark Stranger", formule qui implique, selon Woody Allen, que l'on peut aussi bien rencontrer un beau ténébreux que la Faucheuse, est un film au bout duquel la plupart des personnages restent complètement en plan, charge à eux de se dépatouiller comme ils le peuvent avec leurs problèmes, plus ou moins aigus.

Alors qu'au contraire, Helena, bercée par la douce illusion des vies multiples instillée par sa diseuse de bonne aventure, semble partie pour vivre le parfait amour avec un libraire adepte des tables tournantes.

Ce long métrage est finalement très représentatif d'un cinéaste qui s'est dit, au sujet de la vie, "plutôt triste, pessimiste".

"Même lorsque j'étais enfant j'étais comme ça. Ce n'est pas que ça ait empiré avec l'âge mais je pense que la vie est une expérience cauchemardesque, sombre et le seul moyen d'être heureux c'est de se mentir à soi-même", a-t-il poursuivi.

"Il faut vivre dans l'illusion car si l'on regarde la vie en face on s'aperçoit que c'est insupportable".

Ne voulant pas rester sur une note aussi sombre, le cinéaste a dégainé l'arme de l'humour pour aborder les autres thèmes de son film que sont la mort et la vieillesse.

"Ma relation vis-à-vis de la mort n'a pas changé: je suis contre la mort", a-t-il dit pour l'une.

"C'est une sale histoire de vieillir et je vous conseille de l'éviter si vous pouvez", a-t-il déclaré pour l'autre.

"You Will Meet a Tall Dark Stranger" sortira sur les écrans le 6 octobre.

Wilfrid Exbrayat, édité par Gérard Bon