BFM Côte d'Azur
Cote dAzur

Nice: une mère traverse six pays et parcourt 5000 kilomètres pour récupérer son fils coincé en Ukraine

Olga était sans nouvelles de son fils de deux ans et demi, bloqué en Ukraine depuis le début du conflit. Elle a décidé de partir par ses propres moyens depuis Nice pour le récupérer.

Une histoire qui se termine bien. Olga, une femme d'origine ukrainienne habitant à Nice, revient tout juste d'un long voyage. En une semaine, elle a traversé six pays différents et parcouru plus de 5000 kilomètres pour sauver son fils de la guerre.

Cette mère de famille était sans nouvelles il y a encore une semaine du petit Alexandre, âgé de deux ans et demi. Confié à sa grand-mère ukrainienne avant que le conflit n'éclate, l'enfant était bloqué à Soumy dans le Nord-Est du pays. Olga avait fait part de son désespoir au micro de BFM Nice Côte d'Azur, expliquant "prier pour qu'il reste en vie".

"C'est inimaginable"

Se sentant délaissée par les autorités françaises, elle a voulu prendre les choses en main. Cette mère de famille a bravé la guerre qui fait rage dans son pays et est partie par ses propres moyens en Ukraine. Après avoir roulé nuit et jour, elle a pu retrouver son fils.

"Il y a eu beaucoup d'émotions ! J'ai pleuré, puis j'ai été contente. J'étais surtout contente que lui et ma mère soient toujours en vie", témoigne Olga, de retour à Nice au micro de BFM Nice Côte d'Azur.

Le trajet n'a pas été simple. Sur la route, Olga a dû faire face aux atrocités de la guerre et a retrouvé son pays dans une situation catastrophique. "C'est inimaginable... Le pays a été bombardé, cassé. Des barrages et des routes qui n'existent plus", raconte-t-elle.

Aller de l'avant sans oublier

Lors de son périple, Olga est restée en contact permanent avec son amie et voisine Patricia. Cette dernière espère que la famille va pouvoir reprendre le cours de sa vie maintenant que le petit Alexandre est de retour auprès de sa mère.

"Il faut aller de l'avant et il faut tout faire, je ne dis pas qu'elle doit oublier mais elle doit passer à autre chose. Son petit est là et c'était la chose la plus importante", affirme Patricia à BFM Nice Côte d'Azur.

Aller de l'avant certes mais sans oublier son pays meurtri par la guerre. Olga assure qu'elle va tout faire pour continuer à aider ses proches restés sur place.

Claudia Olivier avec Marine Langlois