BFM Côte d'Azur
Cote dAzur

Homme tué à Nice: le policier mis en examen pour "homicide involontaire"

Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration)

Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration) - Denis Charlet

Le procureur de Nice précise que les investigations ne permettent pas à ce stade de contredire la thèse du tir accidentel avancée par le policier.

Le policier en garde à vue depuis mercredi après la mort d'un homme lors d'une opération de police à Nice a été mis en examen pour homicide volontaire ce vendredi, explique le procureur de la République de Nice dans un communiqué. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Un peu plus tôt dans la journée, le parquet avait annoncé dans un communqué que l'agent devait être déféré "en vue de l'ouverture d'une information judiciaire du chef d'homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence".

Le procureur de Nice indique également que les investigations de la justice menées grâces aux vidéos des faits, les auditions des témoins et les données techniques sur l'arme du policier "ne permettent pas à ce jour de contredire la thèse accidentelle" avancée par ce dernier.

Lors de sa première audition, le policier alors en garde a vue pour "homicide volontaire" avait fait état d'un "tir complètement accidentel" et affirmait n'avoir "aucunement l’intention d’attenter à la vie de la victime".

Opération en lien avec un homicide

Ce mercredi, un jeune Marseillais né en 1999 est mort lors d'une opération de police 7 rue de la Buffa dans le centre-ville de Nice. Un policier de la BRI a fait usage de son arme et a atteint la victime, l'une des personnes ciblées par l'opération, à la tête.

Les forces de l'ordre sont intervenues dans le cadre d'une information judiciaire en lien avec l'homicide d'Ermelindo, un jeune homme de 24 ans le 24 décembre dernier. Les faits s'étaient déroulés dans le quartier de La Planas à Nice-Nord.

Le tireur avait pris la fuite mais sa voiture avait été retrouvée brûlée à Cagnes-sur-Mer. Une enquête avait été ouverte pour assassinat en bande organisée.

Marine Langlois