Le secrétaire britannique au Foreign Office, Boris Johnson, à Londres le 2 mai 2018
 

Boris Johnson, secrétaire britannique aux affaires étrangères, craint qu'un retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien ne signe un retour "agressif" de Téhéran, libéré de ses contraintes.

Votre opinion

Postez un commentaire