BFMTV

LA VÉRIF - Le permis à points n'a-t-il aucun impact sur la mortalité routière?

Éric Zemmour a proposé de supprimer le permis à points, en raison de son inefficacité supposée à lutter contre les morts sur la route et en s'appuyant sur l'exemple de pays comme la Suède ou la Suisse. Mais qu'en est-il exactement?

Entre la flambée des prix des carburants et la vitesse sur les autoroutes, la voiture se retrouve régulièrement dans les propositions des différents prétendants à la présidentielle de 2022. Parmi les dernières idées en date, celle portée par celui qui n'est pas encore officiellement candidat, Éric Zemmour, qui propose de supprimer le permis à points.

"Il faut supprimer le permis à points et revenir au permis classique comme nos voisins belges et suisses", a-t-il tempêté mardi lors d'un meeting à Biarritz.

Une proposition qui a occupé le terrain sur les réseaux sociaux, avec l'émergence du hashtag #SuppressionPermisàPoints et d'une pétition militant en faveur de l'annulation pure et simple du permis à 12 points.

A la base de ses critiques, le polémiste d'extrême droite a affirmé que le permis à points était inefficace pour réduire la mortalité routière en France, en s'appuyant l'exemple de nos voisins européens:

"Il y a des pays comme la Suisse, la Suède, la Finlande qui n’ont pas de permis à points, et qui ont moins d’accidents que nous, moins de morts sur la route", a affirmé l'ancien journaliste politique.

• "Sans permis à points, des pays ont moins d'accidents que nous"

C'est vrai, mais...

La comparaison des chiffres de l'année 2019 - l'année 2020 étant biaisée par la force de la pandémie et de trajets en voiture en forte baisse - donnent raison à Éric Zemmour: selon les données de la Commission européenne de 2019, la Suisse et la Suède décomptent toutes deux 22 morts par million d'habitants sur cette année-là, et la Finlande 38 décès. La France accuse quant à elle un chiffre de 50 morts par million d'habitants en 2019. Mais, et c'est une nuance importante, la réglementation des pays cités est par ailleurs bien plus stricte.

Exemple: l'ambassade de France en Suède, à Stockholm, indique sur son site que le taux d'alcoolémie autorisé est de 0,2 gramme d'alcool par litre de sang, contre 0,5 dans l'Hexagone.

En cas de contrôle en état d'ébriété, la menace d'une amende importante s'additionne au retrait du direct du permis de conduire durant une année entière, voire d'une peine de prison.

• "Le permis à points ne permet pas de lutter contre la mortalité"

C'est faux

Le permis à points, entré en action depuis 1992 en France, semble avoir fait ses preuves dans le cadre de la sécurité routière.

"Le permis à points va avoir trente ans. Et en trente ans, en gros, la mortalité est passée de 9000 tués sur les routes par an à 3000", affirme Anne Lavaud, déléguée générale de la Prévention Routière, contactée par BFMT.

Le rôle joué par l'usage du permis à 12 points dans la réduction de la mortalité routière se lit également sur le site du ministère de l'Intérieur, où il est inscrit que "cette mesure a contribué, avec d'autres, à baisser significativement le nombre de morts sur les routes". Ces autres mesures correspondent à l'arsenal des sanctions, des radars, ou des dispositifs de sécurité des véhicules par exemple. L'Observatoire nationale interministériel de la sécurité routière (ONISR) estime ainsi que près de 86.000 vies ont été épargnées de la sorte.

• "Des millions de Français ont perdus leur permis de conduire" selon Marine Le Pen

C'est faux

Marine Le Pen avait également fait la suppression du permis à point l'un de ses chevaux de bataille dans le cadre de sa première campagne présidentielle, quand le Rassemblement national était encore le Front national. Aujourd'hui, celle qui s'est lancée pour la troisième fois dans la course à l'Élysée se montre plus nuancée sur ce thème.

"Le permis à points a entraîné une circonstance dramatique: des millions de Français sont privés de leur permis de conduire (...) Parce que bien souvent ils ont fait des péchés véniels, c’est-à-dire qu’ils ont commis des petits excès de vitesse, des excès de vitesse de moins de 20 km/h."

Donc oui à l’Automobile Club, dans les stages de récupération de points, il y a beaucoup d’automobilistes qui ont commis de petits excès de vitesse comme le dit Marine Le Pen. Mais la Prévention Routière, elle, explique avoir de son côté plus de profils qui viennent de la justice, donc avec des forts excès de vitesse, de la consommation d'alcool ou de stupéfiants.

Mais une grande majorité de conducteurs disposent de la totalité de leurs points, égale à 12. Près de 80% des automobilistes français figurent dans cette situation, selon les données de l'ONISR. Seul 1,2% des conducteurs ne présentent plus de points sur leur permis, ce qui va ainsi à rebours des propos de Marine Le Pen.

Céline Pitelet avec Hugo Roux