BFM DICI
bfmdici

Tir mortel du GIGN à Saint-Etienne-Le-Laus: la procédure classée sans suite

Des gendarmes en intervention à Saint-Etienne-le-Laus en juin 2021.

Des gendarmes en intervention à Saint-Etienne-le-Laus en juin 2021. - BFM DICI

Un gendarme de l’antenne du GIGN d’Orange avait mortellement touché un forcené menaçant et retranché à son domicile depuis près de 24 heures. Le procureur vient de classer l’affaire sans suite, "considérant que les éléments de la légitime défense étaient réunis".

Affaire classée. Selon nos informations, la procédure visant un gendarme du GIGN d’Orange, à l’origine du tir mortel qui avait neutralisé le forcené du Laus en juin 2021, vient d’être classée sans suite par le procureur de Gap.

Pour rappel, un gendarme de l’antenne GIGN d’Orange (84) avait fait usage de son arme à l’encontre d’un homme retranché et armé à Saint-Etienne-Le-Laus, dans les Hautes-Alpes.

La légitime défense retenue

L’individu, Nicolas Chastan, alors âgé de 48 ans, avait pendant près de 24 heures refusé de se rendre aux forces de l’ordre. Il s’était retranché à son domicile alors qu’il venait de s’en prendre à sa mère et à des gendarmes.

"Le militaire avait fait usage de son arme alors que l’individu avait épaulé un fusil 22LR et pointé son arme en direction des gendarmes à une distance d’environ 7 mètres, marquant ainsi son intention de tirer et ce alors même qu’il avait été observé en train de manipuler son arme quelques instants plus tôt" détaille le procureur de Gap à BFM DICI.

Florent Crouhy considère donc "que les éléments de la légitime défense étaient réunis".

Valentin Doyen