BFM DICI

Fermeture de classe à Gap: pour l'académie, "rien ne justifie une telle colère" du maire

Alors que Roger Didier souhaite bloquer l'école de Romette ce jeudi pour protester contre la fermeture d'une classe, l'inspectrice académique a tenu à lui répondre.

Sans surprise, l'académie a affiché son désaccord avec les méthodes du maire de Gap Roger Didier. Celui-ci souhaite bloquer l'école de Romette, commune associée de sa ville, ce jeudi à l'occasion de la rentrée pour protester contre la fermeture d'une classe.

Invitée mardi soir sur BFM DICI, Catherine Albaric-Delpech, inspectrice académique des Hautes-Alpes a assuré que faire ce blocage "n'est pas un bon signe pour les enfants, pour les familles."

"Il y a peut-être d'autres façons de dialoguer avec l'Education nationale. Je suis toujours prête à dialoguer, j'ai rencontré les équipes, j'ai proposé aux parents de les rencontrer, on va continuer à dialoguer", explique-elle.

"Rien qui ne justifie une telle colère"

Depuis des mois, le maire de Gap ainsi que des parents d'élèves se battent pour le maintien de cette classe qui se justifie selon Roger Didier, par les 31 nouvelles inscriptions d'enfants à l'école pour la rentrée.

"J'entends le mécontentement des parents et de cet élu", assure l'inspectrice académique.

Vendredi dernier, Catherine Albaric-Delpech, avait reçu Pascale Rougon, adjointe au maire de Gap chargée de l'Education. Lors de cet entretien, la Direction académique des services de l'Éducation nationale (DASEN) a, selon un communiqué du maire de Gap, "refusé de prendre en compte les dérogations qui ont pu être accordées et les élèves provenant de communes voisines".

Mardi soir, l'inspectrice académique assure elle, qu'il n'y a "rien qui ne justifie une telle colère" du maire de Gap. Elle reconnaît toutefois, que les effectifs sont "un peu plus chargés qu'ailleurs".

Le 20 août dernier, le maire de Gap avait adressé une lettre à Jean-Michel Blanquer pour obtenir son intervention sur le maintien de cette classe.

Gauthier Hartmann