BFM Business

"J’ai choisi ma nouvelle voiture en réalité virtuelle"

Nous sommes en 2020 et il est désormais courant de se rendre dans des concessions virtuelles pour découvrir de nouveaux véhicules sous tous les angles. Immersion dans ce qui pourrait s’imposer comme l’avenir de la vente et du marketing automobile, une des grandes tendances présentées actuellement sur le Mondial de l'Automobile.

Et si la vente automobile était au tout début d’une petite révolution? Comme pour la plupart des produits de grande consommation, pour acheter une nouvelle voiture (neuve comme d’occasion) le grand public est désormais habitué à consulter internet pour se renseigner, regarder les avis d’utilisateurs ou des tests. Une véritable étude de marché qui réduit logiquement la fréquentation des concessions automobiles. D’autant que les constructeurs proposent désormais des configurateurs en ligne pour choisir ses options, personnaliser son véhicule, réserver un essai… et l’acheter.

Oui, oui, acheter, sans voir réellement la voiture, et surtout sans la toucher ou la tester. La start-up américaine Izmocars développe des logiciels qui serviront demain aux constructeurs à vendre les voitures aux clients... en réalité virtuelle. Rendez-vous dans les locaux de la start-up en France où nous avons pu tester une démo réalisée pour Honda. Immersion en cinq étapes:

Etape 1 - "Je pénètre pour la première fois dans une concession virtuelle"

L’expérience se déroule avec un casque Oculus Rift, la version commercialisée depuis cette année. IzmoCars l’a couplé à un Leap Motion, un dispositif permettant de capter les mouvements des mains de l’utilisateur. Une fois le casque enfilé, je pénètre dans la concession virtuelle qui présente un aspect plutôt réaliste. La définition de l’image est bonne et le casque répond bien aux mouvements de la tête ce qui renforce le sentiment d’immersion.

Etape 2 – "Je fais le tour du propriétaire sans bouger de mon fauteuil"

Devant moi, un exemplaire du dernier Honda HRV. Dans cette démonstration, les déplacements sont gérés automatiquement mais je peux donc varier les angles de vue simplement en tournant la tête. Un rapide tour du véhicule me permet d’en apprécier le design extérieur. Le capot s’ouvre quand j’arrive devant lui pour me laisser admirer le bloc moteur fidèlement reproduit.

Etape 3 - "Je suis au volant sans (vraiment) le toucher"

Je me retrouve ensuite installé au volant du modèle, l'occasion d'apprécier l'intérieur comme si j'y étais. Des logos apparaissent alors sur différents éléments de l'habitacle. Grâce au capteur associé à mon casque, le système repère le mouvement de mes mains et je n'ai qu'à pointer du doigt ou à fixer mon regard en direction du volant ou de l'écran du tableau de bord pour obtenir des explications détaillées. J'assiste ensuite à une démonstration du déploiement des airbags, typiquement le genre de tests plus faciles à réaliser en virtuel qu'en réalité!

A l'intérieur du véhicule, on peut obtenir des explications en fixant du regard ou en pointant avec sa main différents éléments.
A l'intérieur du véhicule, on peut obtenir des explications en fixant du regard ou en pointant avec sa main différents éléments. © Izmocars

Etape 4 - Je personnalise mon véhicule en direct

De retour à l'extérieur du véhicule, une animation me présente comment il est possible d'ajuster ses sièges pour offrir différents volumes de coffre. Des exemples de différents objets, du sac de course à la planche de surf, me permettent de mieux apprécier les différentes configurations possibles. Je me retrouve ensuite face à un écran de personnalisation pour faire varier en direct la couleur de la carrosserie et personnaliser les jantes.

Sur cette démo, on pouvait changer de couleur de carrosserie et opter pour différentes jantes.
Sur cette démo, on pouvait changer de couleur de carrosserie et opter pour différentes jantes. © Izmocars

Etape 5 - "En route pour l'essai virtuel avec un robot au volant"

Enfin, me voici en tant que passager avant pour une petite balade virtuel. Au volant, un robot Asimo également développé par Honda. On peut bien sûr entendre le bruit du moteur et apprécier la sensation de vitesse. En étant assis dans un fauteuil comme dans une voiture, le cerveau est facilement berné par cette situation et on s'immerge assez vite dans cet essai virtuel. S'il ne remplace bien sûr pas un essai réel de véhicule, il pourra au moins en donner l'envie.

Un robot Asimo au volant pendant l'essai virtuel
Un robot Asimo au volant pendant l'essai virtuel © Izmocars
Julien Bonnet