BFM Auto

Dubaï veut remplacer les plaques d’immatriculation par des écrans

Des plaques connectées, où le métal est remplacé par un écran, c'est ce que veut tester Dubaï.

Des plaques connectées, où le métal est remplacé par un écran, c'est ce que veut tester Dubaï. - Gulf Business

L’émirat débutera le mois prochain le test de nouvelles plaques d’immatriculation avec capteurs et GPS. L’objectif: plus de sécurité, mais peut-être aussi plus de contrôle.

Le numérique se glisse désormais aussi derrière les plaques d’immatriculation. Dubaï testera à partir du mois prochain de nouvelles plaques d’immatriculations, équipées d’écran, d’un GPS et de capteurs, selon la BBC. Selon le Sultan Abdullah al-Marzouqi, le président de l’autorité des routes et des transports de Dubaï, le but de cette expérimentation reste d'améliorer la sécurité routière.

En cas d’accident, elle pourrait permettre de prévenir plus rapidement les autorités, et donc de dépêcher plus rapidement les secours sur place. Le GPS servirait alors à localiser le véhicule, une connexion internet préviendrait les autorités. Un peu comme le système d’appel d’urgence européen, en vigueur depuis le 1er avril, mais qui, dans le cas de Dubaï, est donc intégré dans une plaque d’immatriculation connecté.

L’autorité des routes et des transports a précisé que cette plaque sera complètement différente. Ce ne sera plus un morceau de métal, mais un écran digital, de quoi informer les autres véhicules sur la route que la voiture est en panne. La plaque devient alors un support permettant de communiquer avec les autres voitures.

"Cette plaque digitale, appelé Tag to Connect est un écran intelligent qui remplacera la plaque en métal actuelle, a précisé au Times le Sultan Abdullah al-Marzouqi. Une fois cette plaque digitale installée sur votre véhicule, vous devrez revenir chaque année dans un centre agréé pour renouveler votre plaque. Votre immatriculation sera alors automatiquement renouvelée, après avoir passé le test".

Changer le numéro de plaque à distance?

La sécurité n'est donc pas le seul objectif de l’émirat. Ces nouvelles plaques connectées seront en effet reliées directement au système de renouvellement des plaques, mais aussi à celui des amendes de stationnement, et des taxes. Les numéros de plaques pourraient potentiellement être changés par les autorités, via le système de connexion de la plaque, explique la BBC. Avec la question de la vie privée, et celle de la cybersécurité, l’un des défis de cette nouvelle technologie reste le climat, avec la chaleur et les dégâts potentiels causés par le sable sur les capteurs. Toutes les données seront centralisées par l'autorité des routes et des transports.

Le coût de ces nouvelles plaques d’immatriculation n’a pas encore été dévoilé. Mais à Dubaï, les plaques d'immatriculation peuvent être personnalisées, et donc sont payantes, avec des tarifs à plusieurs millions d'euros. L’autorité des routes et des transports prévoit un premier retour d’expérience en novembre.

Pauline Ducamp