BFM Auto

Continental transforme les voitures en sondes pour Météo France

Le dispositif doit permettre d'affiner les prévisions météos pour mieux informer les automobilistes

Le dispositif doit permettre d'affiner les prévisions météos pour mieux informer les automobilistes - Continental

Dans la voiture de demain, les données récoltées par les automobilistes permettront d'informer les autres sur les conditions météorologiques. Une expérience est actuellement menée par l'équipementier Continental et Météo France.

Votre voiture bientôt transformée en sonde météorologique? L'équipementier automobile Continental teste actuellement son système baptisé "eHorizon Weather", développé main dans la main avec Météo France. L'idée: les données récoltées par les véhicules sur la route doivent permettre de mieux informer sur les conditions météos, et réduire ainsi le risque d'accident.

Affiner les relevés de Météo France 

"Un véhicule collecte déjà un grand nombre de données comme la pression atmosphérique ou la température, explique Ludovic Bouillaud, chercheur à Météo France. Or si nous avons de nombreuses stations de mesure en plaine, ce type d'informations peut être utile pour affiner nos prévisions en zone montagneuse, où il peut y avoir de fortes variations entre deux zones assez proches".

Actuellement 200 véhicules testent le système, 100 côté Météo France, 100 côté Continental, avec des modèles plutôt récents et bien représentés dans le parc français. Des boîtiers sont fixés sur la prise OBD du véhicule (la prise électronique de diagnostic) afin de collecter les données pour les transmettre à Météo France. Elles sont traitées, recoupées avec les propres mesures de l'opérateur français, puis rediffusées sur une application pour smartphone. Une application destinée à ces essais, mais qui sera par la suite téléchargeable par le grand public. Le système d'alerte pourra également informer directement les automobilistes sur leur tableau de bord, avec de plus en plus de véhicules connectés sur les routes. 

Et mieux alerter les automobilistes

"La vitesse du véhicule, le déclenchement des essuies-glace, des phares, de l'ABS ou de l'ESP peut également nous permettre d'identifier des événements climatiques", ajoute Ludovic Bouillaud. Le déclenchement d'un brouillard soudain pourrait ainsi être détecté via l'allumage des feux anti-brouillard et permettre d'avertir plus rapidement les conducteurs qui arriveront sur la portion de route concernée. De quoi potentiellement éviter des accidents tragiques, comme ce fut encore le cas en Vendée en décembre dernier.

S'il fait de l'amélioration de l'information et donc de la sécurité sa priorité, ce système se destine également à d'autres usages. Il pourrait ainsi permettre d'optimiser les itinéraires GPS en fonction de la météo, critère qui n'est pas encore vraiment proposé. ou de planifier les pauses en fonction du temps qu'il fera sur le parcours. 

Cette innovation a décroché un des Awards de l’Innovation Auto Moto, fin 2016, et sera officiellement présentée au salon de Francfort en septembre prochain. A noter que Volvo sur ses séries 90 a déjà mis en place un système comparable en Suède et en Norvège mais il ne renseignait que sur les conditions d'adhérence (anticipation de verglas) ou en cas d'activation des warning et n'informait que les autres clients de la marque.

Julien Bonnet