BFM Auto

Cette appli signale aux piétons distraits par leur smartphone que le feu passe au rouge

Image d'illustration

Image d'illustration - Christoph Schmidt / dpa / AFP

La RATP teste depuis ce jeudi une application qui alerte les piétons du passage au rouge d’un feu, et de l’arrivée d’un tram ou d’un bus. Elle doit alerter les piétons inattentifs, concentrés sur leur smartphone.

Une application qui prévient les piétons un peu distraits, le nez sur leur smartphone, du feu qui passe au rouge à l’approche d’un tramway, c’est le principe d’AMY. Cette application est testée depuis ce jeudi dans les Yvelines, en région parisienne, sur la ligne T6 du tramway, à l’arrêt Mairie de Vélizy.

De plus en plus de collisions avec des piétons

Son fonctionnement est simple. Concentré sur son smartphone, le piéton n’a pas vu le feu qui passe au rouge et le tramway ou le bus qui arrive. L’application capte alors les ultra-sons émis lors du passage au feu rouge situé à proximité. L’appli va alors envoyer une série de messages sur le smartphone du piéton inattentif pour l’alerter du danger imminent. Le volume de la musique qu’il écoute va par exemple baisser, le téléphone vibrer et le gong du tram retentir plus fort dans les écouteurs pour l’alerter.

"Nous avons constaté qu'il y a de plus en plus de collisions avec des piétons focalisés sur leur smartphone, que l'on appelle des "smombies", expliquait l’an dernier à Clubic Benjamin Charles, le fondateur d’Amy. Souvent, dans cette position là, on ne fait plus attention aux dangers, on n'entend pas le tramway arriver ni le klaxon du conducteur, ni le bus électrique".

Cette application avait été dévoilée lors du salon VivaTech l’an dernier, la start-up Amy fait partie d’un consortium de plusieurs start-up soutenues par la RATP pour développer de nouveaux services aux usagers, nouveaux services liés à la mobilité. Amy répond aussi au développement de nouveaux moyens de transports électrifiés.

Le test sera mené pendant un mois, et la RATP espère pouvoir intégrer ce nouveau service dans son application, mais aussi dans les services de musique en streaming par exemple, pour multiplier les chances d’éviter un accident.

"On a bien conscience qu'on ne va pas faire télécharger encore une appli alors que les gens en ont déjà 150, indique Benjamin Charles au Parisien. L'idée est de proposer un système duplicable qui puisse s'intégrer facilement et de le commercialiser cette année".

Qui est responsable en cas d'accident?

Se pose cependant également la responsabilité juridique de l’application. Que se passe-t-il si un utilisateur alerté sur son smartphone est tout de même renversé? Non a priori. "Il ne faut pas déresponsabiliser les piétons, explique Benjamin Charles. Les campagnes de communication appelant à la prudence fonctionnent aussi, mais elles ont un impact éphémère".

La question des zombies du smartphone s’est invité depuis quelques années dans les débats de sécurité routière. La capitale de l’état d’Hawai, Honolulu, avait ainsi interdit aux personnes qui traversent de regarder leur téléphone. A Bodegraven (Pays-Bas), c’est une ligne lumineuse au sol qui informe les piétons les yeux rivés sur leur téléphone et sur le sol que le feu est rouge ou vert en adoptant la couleur du feu tricolore.

Pauline Ducamp