BFM Auto

Véhicules hybrides rechargeables: la prime à la conversion sera renforcée

Le ministre de la transition écologique a annoncé que la prime à la conversion sera renforcée l'an prochain pour les voitures hybrides rechargeables, des véhicules capables de rouler en tout-électrique mais qui conservent un moteur thermique pour les plus longs trajets.

La nouvelle prime à la casse va chercher à encourager davantage les ventes de voitures hybrides rechargeables. Le ministre de la transition écologique et solidaire François de Rugy a confirmé sur RMC que le dispositif de la prime à la conversion lancé cette année proposera une aide de 2500 euros pour ce type de véhicules dès 2019.

Coup de pouce à l'hybride rechargeable

La prime à la conversion connaît un grand succès depuis son lancement début 2018, en s'ouvrant notamment aux véhicules d'occasion. D'après François de Rugy, le dispositif a déjà séduit entre 250.000 et 280.000 Français,alors que le gouvernement avait un objectif de 500.000 primes sur l'ensemble du quinquennat. Pour le ministre, l'intérêt principal des véhicules hybrides rechargeables est de pouvoir rouler en tout-électrique sur les trajets du quotidien, tout en conservant un moteur thermique pour les plus longs trajets. D'où l'idée de renforcer les aides à l'achat, d'autant que les constructeurs français lanceront leurs premiers modèles l'an prochain:

"On va augmenter cette prime à la conversion: pour les véhicules hybrides rechargeables, qui sont une nouvelle catégorie de véhicules qui se développe sur le marché français mais qui est un peu plus chère. Ce sont des véhicules avec lesquels vous pouvez faire des trajets en tout électrique, vous prenez l'exemple de la personne qui fait entre 20 et 50 km par jour et bien elle le fera en tout électrique. Là on aura une prime qui pourra monter jusqu'à 2500 euros. Pour un achat neuf ou d'occasion, car il commence à y avoir ce type de véhicules sur le marché de l'occasion.

Au même niveau que pour le 100% électrique

S'ajoutant au bonus écologique, la prime à la conversion accorde une aide supplémentaire lorsque l'achat d'un véhicule neuf ou d'occasion récent s'accompagne d'une mise à la casse d'un véhicule diesel d'avant 2001 ou d'une voiture essence d'avant 1997. Actuellement, elle permet pour tous les ménages de recevoir 2500 euros pour l'achat d'un véhicule électrique neuf comme une Renault Zoé, ou 1000 euros (2000 euros pour les foyers non-imposables) pour l'achat d'un véhicule émettant moins de 130 g/km de CO2. Cette dernière catégorie concerne donc déjà les voitures hybrides rechargeables.

L'annonce de François de Rugy d'une prime relevée à 2500 euros pour les voitures hybrides rechargeables se traduirait donc comme un coup de pouce de 1500 euros supplémentaires pour les foyers imposables, 500 euros pour les autres. Une manière de laisser le choix aux Français qui peuvent se débarrasser d'un véhicule ancien entre une voiture 100% électrique ou un véhicule hybride rechargeable, avec une aide d'un même montant.

Prime relevée mais pas de bonus?

François de Rugy avait récemment évoqué un coup de pouce pour les hybrides rechargeables l'an prochain, ce qui pouvait s'interpréter comme un retour du bonus écologique les concernant (et qui ne nécessite pas de mettre un véhicule ancien au rebut). Un tel bonus existait encore en 2017 (1000 euros pour l'achat d'un véhicule émettant entre 21 et 60 gr/km de CO2) et a été supprimé cette année pour se concentrer sur les voitures 100% électriques, avec un bonus pouvant atteindre 6000 euros. Ce dernier devrait être reconduit l'an prochain, avec des détails qui devraient être précisés avant la fin de l'année.

L’offre de véhicules hybrides rechargeables se concentre aujourd’hui principalement chez les marques premium et les constructeurs asiatiques. De nombreux modèles sortiront toutefois l’an prochain chez Peugeot, Citroën et DS. Chez Renault, les déclinaisons annoncées des Clio, Megane et Captur sont en revanche prévues pour 2020.

Julien Bonnet