BFM Auto

Végétalisation, week-end sans voiture... les autres idées pour transformer le périphérique parisien

-

- - -

Un rapport commandé par la mairie de Paris sur le périphérique propose comme mesure phare de diminuer la vitesse à 50 km/h. Mais d'autres idées sont aussi évoquées pour faire évoluer les usages du périph', notamment sa végétalisation ou des fermetures ponctuelles à la circulation le week-end.

A quoi ressemblera le périphérique parisien dans quelques années? Sans doute plus à l'autoroute urbaine actuelle, empruntée par 1,2 million d'automobilistes chaque jour. Un rapport, réalisé par des élus du Conseil de Paris et qui sera remis à Anne Hidalgo le 21 mai prochain, préconise plusieurs évolutions à l'horizon 2030 ou 2050, dans le but de réduire la pollution et la circulation. 

Parmi les propositions phares, la réduction de la vitesse à 50 km/h et la diminution du nombre de voies à 3 contre 4 à 5 actuellement. Dans la perspective d'une diminution du trafic, d'autres mesures suggèrent d'utiliser le périphérique à d'autres usages. Tour d'horizon. 

>Réutiliser et végétaliser les voies supprimées

Une fois les voies de circulation supprimées, que faire de l'espace abandonné? Le rapport propose de remettre les voies inutilisées en "pleine terre". 

Grâce aux espaces libérés, les auteurs du rapport imaginent l'ouverture d'une "large trame urbaine privilégiant des espaces verts" qui pourrait réunir Paris et les communes voisines. "Plusieurs perspectives d'évolution" sont également évoquées sur ces espaces, comme des promenades urbaines ou la création de jardins partagés et de cultures maraîchères. 

A plus court terme, il est proposé de végétaliser l'axe routier sur les parois, le terre-plein central et les murs anti-bruits. 

>Le périphérique comme lieu de fête? 

Outre la végétalisation du périphérique et de ses abords, les piétons pourraient carrément investir l'axe routier. Le rapport propose en effet d'expérimenter des fermetures temporaires du périph'. Ces fermetures temporaires pourraient avoir lieu un dimanche par mois et permettre l'organisation d'événements comme des courses à pied, en roller ou à vélo. 

A la manière de la journée sans voiture organisée depuis cinq ans à Paris, des week-ends "Périph' sans voitures" sont aussi évoqués. Ces week-ends seraient l'occasion de "sensibiliser aux problématiques de pollutions atmosphériques, sonores, lumineuse et de sécurité routière", précise le rapport.

Enfin, l'idée d'une "fête populaire" où des associations et artistes viendraient investir le périphérique est également à l'ordre du jour. Cette proposition aura une première application dès cette année à l'occasion l'édition de la Nuit Blanche, qui investira le périphérique cet automne

Carole Blanchard