BFM Auto

Une start-up anglaise transforme une 911 de 1979 en voiture électrique

Cette 911 Targa de 1979 est devenue une voiture 100% électrique.

Cette 911 Targa de 1979 est devenue une voiture 100% électrique. - Electric Classic Car

Troquer le six-cylindres à plat d’une 911 contre un moteur électrique et un pack de batteries peut être perçu comme un sacrilège. C’est pourtant le business-model d’une société anglaise, Electric Classic Cars: électrifier des modèles de collection.

Une 911 E, ça vous tente? Non, Porsche n’a pas (encore) annoncé le passage de son célèbre coupé au 100% électrique. Une société anglaise, Electric Classic Cars, a en revanche converti une 911 Targa datant de 1979 en modèle zéro émission.

"Une seconde vie pour des modèles iconiques"

L’effet est surprenant puisque de l’extérieur, rien ne laisse supposer une motorisation 100% électrique. Le coupé gris métal et chrome ressemble furieusement à n’importe quelle 911 de la fin des années 70.

"Ce que nous voulons faire, chez Electric Classic Cars, c’est prendre des modèles iconiques des années 60 et 70, et leur donner une seconde vie en les convertissant en modèles 100% électrique", résume le fondateur de la société anglaise, Richard Morgan.

Au démarrage, pas de doute, aucun doux ronronnement ne sort du compartiment arrière, comme le montre cette vidéo. La 911 émet seulement le sifflement d’un moteur électrique à l’accélération, une accélération forcément très puissante. Sur le 0 à 96km/h, elle revendique 5,5 secondes, soit 1 seconde de mieux que le temps d’origine de la Targa, souligne-t-on chez Electric Classic Cars, quand la 911 disposait d’un six-cylindres en ligne 3 litres de 204 chevaux.

Un coffre à l'arrière, des batteries à l'avant

Le compartiment moteur a donc été transformé en coffre, alors que le coffre avant de la 911 embarque les batteries, anciennement installées sur un Tesla Roadster. Les deux moteurs électriques sont logés dans l’espace qui accueille normalement la boite de vitesses. La 911 E (comme elle a été rebaptisée) revendique 200 miles (environ 320 kilomètres) d’autonomie avec une seule charge. Bien entendu, tout dépend de la conduite et de la vitesse.

Lors de l’installation du groupe motopropulseur électrique, Electric Classic Cars a fait attention à ne pas déséquilibrer la voiture. Les moteurs sont toujours plutôt placés dans la partie arrière, alors que le poids des batteries compense à l’avant. Entre la dépose du groupe motopropulseur thermique et l’installation des batteries et moteurs électriques, Electric Classic Cars explique avoir retiré 350 kg de mécanique dans la voiture pour réinstaller 300 kg de batteries et moteur.

Le compartiment moteur de la 911 à l'arrière, sans moteur donc, est devenu un coffre.
Le compartiment moteur de la 911 à l'arrière, sans moteur donc, est devenu un coffre. © Electric Classic Car

Une 911, une Coccinelle, bientôt une Aston Martin...

Richard Morgan l’a confié au magazine anglais InFlux: le plaisir de conduite domine. "Un moteur électrique délivre dès le départ le maximum de puissance, rappelle Richard Morgan. Avec un moteur thermique, le couple monte progressivement, selon les rapports de boite". La 911 E offre en outre plusieurs modes de conduite, un Eco pour préserver l’autonomie, et un Power, pour booster l’accélération.

Cette 911 n’a pas seulement été transformée en électrique, elle a également été entièrement restaurée: peinture, chrome, intérieur. Certains éléments techniques ont été modernisés: le système de freinage, des phares à LED. Si transformer une 911 en ersatz de Tesla Roadster était un joli coup de com', Electric Classic Cars ne limite pas son champ d’expertise aux modèles Porsche.

Depuis 3 ans, une Coccinelle, une Mini, mais aussi une BMW CSL ainsi que plusieurs Fiat 500 font partie des modèles transformés. Une Aston Martin et un Range Rover seraient également dans les cartons. "Une petite voiture sera facturée dans les 18.000 livres (19.830 euros), confiait Rixhard Morgan à InFlux. Une voiture de sport, plus complexe, pourra atteindre les 40.000 livres (44.000 euros)".

Pauline Ducamp