BFM Business

Trottinettes, vélos, scooters en libre-service: qui va payer les amendes?

Circulation à trottinette sur les trottoirs, enlèvement d’un scooter, conduite en état d’ivresse à vélo, utiliser des véhicules en libre-service peut entraîner des amendes.

Le Conseil de Paris a voté cette semaine l’interdiction de circuler sur les trottoirs pour les trottinettes en libre-service. Comme les vélos, elles doivent emprunter les pistes cyclables. En cas d’infraction, les contrevenants risquent désormais une amende de 135 euros, comme les cyclistes. Plus globalement, l’usage des véhicules en libre-service peut entraîner des contraventions si le code de la route ou des réglementations locales ne sont pas respectés.

  • Si l’utilisateur abandonne n’importe où la trottinette ou un scooter

Un deux-roues en libre-service ne doit pas être stationné n’importe où. Les trottinettes sont seulement tolérées sur les trottoirs, elles ne doivent pas gêner le passage. Idem pour les vélos. Les deux-roues ne doivent eux stationnés que sur les emplacements dédiés, ou sur les places réservées aux voitures à Paris. Pour une trottinette ou un vélo par exemple, l’amende pour stationnement gênant est de 35 euros.

Une trottinette ou un scooter abandonnés n’importe où risquent l’enlèvement, et les frais seront à la charge de l’utilisateur négligent. Cityscoot prévoit ainsi des frais de sortie de fourrière jusqu'à 109 euros à la charge de l’utilisateur.

  • Si l’utilisateur conduit en état d’ivresse

A scooter, mais aussi à trottinette ou en vélo, il est interdit de circuler en état d’ivresse. A vélo par exemple, si le conducteur est pris en état d’ivresse, il risque un passage devant le tribunal et une amende pouvant atteindre les 750 euros. Il ne perdra en revanche pas de point. Au-delà de 0,8g par litre de sang, l’infraction devient un délit, le permis de conduire peut alors être suspendu.

  • Si l’utilisateur téléphone en vélo ou à trottinette

Comme au volant d'une voiture, il est interdit de téléphoner à vélo ou à trottinette. L’utilisateur risque alors une amende de 135 euros, selon le site service-public.fr.

Pauline Ducamp, avec Florian Huvier