BFM Auto

Tesla affiche de nouveau de lourdes pertes, les livraisons de voitures étant moins bonnes que prévu

Elon Musk, le patron de Tesla, reste confiant malgré la perte enregistrée au premier trimestre.

Elon Musk, le patron de Tesla, reste confiant malgré la perte enregistrée au premier trimestre. - Frederic J. BROWN / AFP

Le constructeur californien Tesla a enregistré une lourde perte au premier trimestre, avec des livraisons de sa Model 3 moins importantes que prévu. La montée en puissance commerciale de cette voiture, en particulier en Europe et en Chine, doit permettre au groupe de renouer avec les bénéfices avant la fin de l'année.

Après deux trimestres consécutifs dans le vert, Tesla repasse en zone rouge. Le constructeur californien a annoncé une lourde perte, de 702,1 millions de dollars (629,2 millions d'euros) sur les trois premiers mois de l'année.

La principale raison? Des livraisons de véhicules moins importantes que prévu, avec 63.000 exemplaires contre 76.000 anticipées. En conséquence, le chiffre d'affaires a certes bondi de 33,2% par rapport au premier trimestre 2018 mais à 4,54 milliards de dollars, il ressort nettement en dessous des prévisions de 5,19 milliards de dollars.

Une contre-performance qui peut aussi s'expliquer par le modèle économique de Tesla et ses ventes directement aux clients. A l'inverse des autres constructeurs, qui vendent leurs véhicules à des concessionnaires, Tesla ne peut pas enregistrer un véhicule comme vendu avant qu'il n'ait été reçu par l'acheteur, souligne Forbes, rappelant que cela devient potentiellement problématique avec les livraisons de la Model 3 qui ont démarré en Chine.

Un Elon Musk assagi

Elon Musk est apparu assagi mercredi dans la conférence téléphonique de présentation des résultats aux analystes, commente l'AFP. Il a partagé la vedette avec Zachary Kirkhorn, le nouveau directeur financier, et a souvent laissé ce dernier l'interrompre ou compléter ses réponses. "Désolé notre directeur financier voudrait rajouter quelque chose", a même insisté Elon Musk auprès d'un analyste.

Bombardé de questions sur son bras de fer en cours avec le gendarme américain de la Bourse, la SEC ("Securities and Exchange Commission"), le dirigeant a préféré jouer l'apaisement, en refusant de s'épancher sur le sujet comme ce fut le cas par le passé.

Retour aux bénéfices au troisième trimestre

Après ce début d'année difficile, Tesla s'attend à un retour aux bénéfices au troisième trimestre. Le constructeur se veut ainsi optimiste et s'attend toujours à livrer entre 360.000 et 400.000 véhicules en 2019, soit une hausse de 45 à 65% comparé à 2018.

La Model 3, sa berline compacte aux nombreuses précommandes, doit être au cœur de cette montée en puissance. Si la production a démarré en juillet 2017 les livraisons en Europe et en Chine viennent de débuter en ce début d'année.

Des analystes ont noté un certain essoufflement de la demande pour la Model 3 aux Etats-Unis, soulignant que ce véhicule avait été principalement livré sur des marchés étrangers au premier trimestre. Sur son marché domestique, l'intérêt pour les véhicules Tesla pâtirait tout particulièrement de la disparition progressive du crédit d'impôt fédéral de 7.500 dollars accordé aux voitures "propres". Ce bonus, qui a diminué de moitié, est appelé à disparaître en fin d'année.

Il n'empêche que le groupe californien juge ses difficultés temporaires. "La demande est solide", a assuré mercredi Elon Musk, disant que la production du groupe allait augmenter au deuxième trimestre.

"Si notre usine géante de Shanghai peut commencer à produire au début du quatrième trimestre de cette année, nous pouvons même fabriquer jusqu'à 500.000 véhicules à travers le monde en 2019", a ajouté Tesla.

Après la Model 3, le Model Y et un pick-up

Autre nouvelle de nature à rassurer les marchés: l'entreprise, connue pour brûler beaucoup d'argent, s'est retrouvée avec 2,2 milliards de dollars en main à fin mars, en baisse de seulement 1,5 milliard du fait du remboursement d'une échéance de ligne de crédit de 920 millions. Le niveau de cette trésorerie éloigne ainsi pour le moment une éventuelle levée de fonds, via une émission obligataire, pour financer les opérations.

Le plan produits semble également assez clair. La production du Model Y, un SUV compact récemment dévoilé, doit débuter avant la fin de l'année. Il y a quelques jours, Tesla a également annoncé de nouvelles fonctionnalités liées à la conduite autonome, avec l'ambition de pouvoir transformer sa Tesla en robot-taxi dès l'an prochain. Une année 2020 qui devrait aussi être marquée par la présentation d'un très attendu pick-up. Ford vient justement d'investit dans Rivian, une start-up spécialisée dans ce type de véhicules très populaire outre-Atlantique et qui pourrait connaître prochainement une révolution avec ses premiers modèles électriques.

Julien Bonnet, avec AFP