BFM Auto

Radars vandalisés: 660 millions d'euros de manque à gagner pour l'État

Un radar dégradé - Image d'illustration

Un radar dégradé - Image d'illustration - Philippe Huguen - AFP

Les actes de vandalisme sur les radars automatiques ont augmenté ces derniers mois. Moins de flash, c'est aussi de l'argent en moins pour les caisses de l'État. Le gouvernement a revu fortement à la baisse ses prévisions de recettes pour 2019.

Depuis l'été 2018, les autorités ont observé une augmentation des destructions de radars et le phénomène c'est accéléré avec le mouvement des gilets jaunes. En plus des conséquences en matière de sécurité routière, moins de radars opérationnels impliquent des amendes en moins et donc des recettes budgétaires plus faibles.

Pour l'année 2018, le manque à gagner se chiffre à 209 millions d'euros, selon les informations du journal Les Echos. Les prévisions du gouvernement pour 2019 font état de 455 millions d'euros de recettes en moins, soit plus de 40% du montant total escompté. En cumulé sur les deux années, l'État anticipe un manque à gagner de 660 millions d'euros, sans compter la facture des réparations.

Comme le note le quotidien économique, cette situation financière a un impact sur des postes de dépenses de l'État. Les recettes des radars sont affectées à plusieurs missions, dont l'Afitf, l'Agence de financement des infrastructures de transport. Résultat, son budget a été amputé de 200 millions d'euros pour cette année. De même, celui de la Sécurité routière a baissé de 57 millions d'euros et les recettes reversées aux collectivités réduites de 60 millions.

Jean-Christophe Catalon