BFM Business

Quand une Toyota GT86 adopte un moteur de Nissan GT-R

Transformer un coupé sport très réussi en un monstre de piste, telle était la mission que s'est fixé StreetFX Motorsports, un préparateur australien.

Transformer un coupé sport très réussi en un monstre de piste, telle était la mission que s'est fixé StreetFX Motorsports, un préparateur australien. - StreetFX Motorsports - Top Gear - BBC

Des Australiens ont transformé le petit coupé japonais en une vraie bête de piste, à l'aide d'un moteur de Nissan GT-R, à plus de 1000 chevaux.

Pourquoi se contenter d’un quatre-cylindres quand on peut avoir un V6 ? Et 1000 chevaux? Les Australiens de StreetFX Motorsports ont totalement adhéré à ce principe en incorporant un moteur de Nissan GT-R dans un coupé Toyota FT-86. StreetFX Motorsports avait un plan très simple: transformer le coupé fun de Toyota en une sportive aussi à l’aise sur la route que sur la piste. Ils ont donc commencé par un kit carrosserie, baptisé "Rocket-Bunny", puis se sont attaqués au moteur. Le quatre-cylindres 2.0 est donc passé à 545 chevaux (le maximum que les Australiens ont pu obtenir, au lieu de 200 chevaux initiaux) et a adopté un combiné turbo/compresseur.

La différence de taille entre le quatre cylindres et le V6 a posé quelques petits soucis techniques aux Australiens.
La différence de taille entre le quatre cylindres et le V6 a posé quelques petits soucis techniques aux Australiens. © StreetFX Motorsports - Top Gear - BBC

C’est alors que StreetFX Motorsports a décidé de changer de moteur, pour arriver à un résultat final encore plus puissant. Rapidement, leur choix s’est porté sur un moteur R35 de Nissan GT-R. Le premier souci de ce changement de bloc, c’était l’espace: comment faire entrer un lourd V6 Nissan à la place du quatre cylindres Toyota sans déséquilibrer l’ensemble du châssis?

Ils ont malgré tout vite évacué le second souci (relatif), la puissance, en faisant passer le V6 3.8 bi-turbo à 4,1 litres et la puissance totale à plus de 1000 chevaux! La boite 8 rapports séquentiels associée au moteur de la GT-R vient de chez Albins, qui fournit un championnat de course australien. GT Auto Garage a ensuite élargi l’espace de passage de la transmission et ajouté des supports moteur Nissan.

"Le but ultime pour cette voiture était de combiner à la fois une voiture taillée pour faire des temps sur piste et un modèle utilisable sur route, explique StreetFX. Ne pas la destiner à un seul usage signifiait obligatoirement des sacrifices, mais vu le niveau d’ingénierie et d’étude mis sur ce projet, avec un objectif de puissance de 1000 chevaux, cette voiture devrait être utilisable en toute circonstance".

Après avoir à peu près tout modifié dans le compartiment moteur (et sur le bloc lui-même), StreetFX Motorsports a poussé la puissance du moteur de la GT-R à 1000 chevaux.
Après avoir à peu près tout modifié dans le compartiment moteur (et sur le bloc lui-même), StreetFX Motorsports a poussé la puissance du moteur de la GT-R à 1000 chevaux. © StreetFX Motorsports - Top Gear - BBC
P. Ducamp avec Top Gear