BFM Auto

La nature ne veut pas forcément du bien à votre voiture

Comme tout autre objet, un véhicule perd inéluctablement son éclat des premiers jours. Certains facteurs extérieurs sont plus beaucoup agressifs que d’autres et vont sensiblement accélérer son usure.

Le sel

On l’apprécie dans le milieu culinaire, mais un peu moins dans le milieu automobile. Si le sel épandu sur les routes en hiver est très pratique pour éviter de partir dans le fossé, il est également très agressif pour la carrosserie et certaines autres pièces de votre véhicule.

Pensez donc à le nettoyer régulièrement pour limiter la corrosion. N’oubliez pas que l’air marin est également particulièrement "salé". Si vous habitez en bord de mer, vous devrez entretenir votre véhicule de manière plus assidue.

Le soleil

Si vous aimez bronzer sur la plage ou dans votre jardin, sachez que votre véhicule n’a pas les mêmes goûts que vous. En effet, les UV et la chaleur sont mauvais pour la peinture de la carrosserie et pour les joints en caoutchouc. Pour les protéger, pas besoin de crème solaire. Une simple bâche suffira.

Le sable

Ces petits graviers sont une véritable plaie pour votre véhicule. Dès que le vent souffle, il s’incruste partout! Joints de pare-brise, charnières des portes, rails des vitres, (presque) tous les éléments de votre véhicule sont concernés. Un petit coup d’aspirateur permettra de les conserver en bon état. Le soleil, l’air marin, le sable… Contrairement à vous, votre véhicule n’appréciera jamais les balades en bord de mer.

L’eau

Vous vous dites elle ne peut pas faire de mal, et pourtant. Rappelez-vous la fameuse expression: "l’eau, ça rouille!". C’est pour cela qu’il faut, dans la mesure du possible, "sécher" votre véhicule après un épisode pluvieux.

Les trottoirs

Ils sont très agressifs pour les pneumatiques de votre véhicule, n’allez donc pas trop les chercher. Si vous avez besoin de grimper si un trottoir pour vous garer, approchez-vous de la manière la plus frontale possible pour éviter de cisailler votre pneu et allez-y tout en douceur.

Antoine Lepeu