BFM Business

Flashé? N’hésitez pas à demander votre photo

BFM Auto

Vous avez eu ce matin la (mauvaise) surprise de recevoir une notification vous indiquant que vous avez commis un excès de vitesse? Vous n’avez pourtant jamais vu de flash, du moins pas récemment! N’hésitez donc pas à réclamer la photo de l’infraction qui vous montrera si vous êtes en tort ou non.

Pourquoi demander cette photo?

Si les informations vous indiquant la date et le lieu de l’infraction figurent dans le courrier, la question de savoir si c'est bien votre véhicule qui a été pris en flagrant délit reste quant à elle sans réponse. D’où l’intérêt de réclamer la photo de l’infraction.

Démarches pour demander la photo de l’infraction

Vous devez simplement faire votre demande par courrier à l’adresse figurant à gauche de l’avis de contravention, en joignant les photocopies de l’amende, de la carte grise de votre véhicule et de votre carte d’identité.

Une fois la photo reçue, trois cas possibles

Premier cas, vous reconnaissez votre véhicule et son numéro de plaque d'immatriculation. Vous ne pouvez rien faire d’autre que payer votre contravention et attendre patiemment le retour de votre/vos point(s) perdu(s) sur votre permis.

Deuxième cas, vous reconnaissez votre numéro de plaque, mais pas votre véhicule. Pas d’inquiétude, il s’agit d’un véhicule équipé de fausses plaques (ce qui est tout même problématique). Vous n’aurez alors aucun mal à réfuter l’amende.

Troisième cas, vous découvrez votre véhicule et un second sur le même cliché. Le second véhicule présent sur la photo a peut-être commis l’infraction. Gardez donc espoir et partez au combat pour contester cette amende injustement reçue.

Sachez que le temps de réception de votre photo peut parfois être long et dépasser le délai de règlement de l’amende forfaitaire minorée, qui est rappelons-le de 45 jours. Pour éviter la majoration, n’attendez pas la réception de la photo pour payer votre amende! Si vous n’êtes pas en tort et votre demande de contestation aboutit, vous serez remboursé.

Antoine Lepeu