BFM Auto

Pour la première fois en 17 ans, le diesel minoritaire dans les ventes de voitures neuves

Des clients se servent à la pompe le 31 décembre 2017 à Marseille, la veille d'une augmentation des taxes sur l'essence et le diesel.

Des clients se servent à la pompe le 31 décembre 2017 à Marseille, la veille d'une augmentation des taxes sur l'essence et le diesel. - Boris Horvat - AFP

Critiqué pour ses émissions polluantes, soumis à des taxes de plus en plus importantes, le diesel séduit de moins en moins les consommateurs. Pour la première fois depuis 2000, ceux-ci ont majoritairement préféré des véhicules essence, hybrides ou électriques.

Pour la première fois depuis 17 ans, la part du diesel dans les immatriculations de voitures neuves pour les particuliers est tombée sous la barre des 50% en 2017. Et la tendance n'est pas près de s'inverser. De plus en plus critiqué pour ses émissions polluantes, le carburant a vu ses taxes augmenter de 10% dès ce lundi 1er janvier, soit une hausse de près de 9 centimes d'euro au litre; de quoi rebuter les nouveaux acheteurs.

"On avait une voiture diesel avant, on a pris une voiture essence, une petite, pour le boulot", "Je suis parti sur de l'essence et j'ai abandonné le diesel", témoignent ainsi plusieurs automobilistes sur BFMTV ce mardi. "Ça vaut même plus le coup d'acheter un diesel, puisque l'essence et le diesel se tiennent à quelques centimes", estime un autre.

Une chute des ventes de près de 40.000 véhicules

Une réputation de gros pollueur, et un ticket à la pompe de plus en plus salé. Résultat, les ventes s'effondrent: en 2017, il s'est vendu 38.000 véhicules diesel (neufs) de moins qu'en 2016. Acheter une voiture roulant à ce carburant serait même une prise de risque aujourd'hui, estime sur notre antenne Benjamin Cuq, journaliste spécialiste de l'automobile.

"Si vous achetez une voiture en 2018 et que vous devez la revendre en 2022, qui va vous acheter une voiture diesel en 2022, à part quelqu'un qui conduira énormément de kilomètres et qui aura un petit budget? Personne ne l'achètera, ça va être vraiment très très compliqué de revendre une voiture diesel dans 4 ans", prévient-il.

Mécaniquement, les ventes des véhicules essence, hybrides et électriques ont progressé. En 2017, près de 25.000 véhicules électriques neufs ont été vendus, soit 14,5% de plus que l'année passée, même si certains automobilistes déplorent toujours le manque de points de recharge.

L.A., avec Jean-Marc Lucas et Sophie Hébrard