BFM Business

Plusieurs radars-tourelles vandalisés le week-end dernier

L’un des radars de dernière génération a été détruit ce week-end dans le Vaucluse, à peine entré en fonction. Même scénario dans l’Hérault et en Haute-Vienne.

Un nouveau radar-tourelle a été dégradé ce week-end dans le Vaucluse. Installé sur la commune de Velleron, ce radar venait tout juste d’être installé. Séparé de son socle en béton, brûlé, la nouvelle cabine n’était a priori encore qu’en phase de tests. Même scène dans l’Hérault, toujours ce week-end. Un radar-tourelle y a été incendié. Un autre radar du même type a aussi été dégradé en Haute-Vienne, rapporte Le Populaire du Centre. La cabine avait été installée en août, les gendarmes ont été contactés en pleine nuit pour intervenir.

Cette liste fait suite aux dégradations déjà constatée depuis l’installation des premiers radars-tourelles cet été. Le gouvernement reste cependant très discret sur les chiffres des dégradations de ces nouveaux radars, pour ne pas encourager la surenchère. Installés en haut d’un mât de 4 mètres, avec un socle en béton, les radars-tourelles avaient été jugés plus difficiles à dégrader.

"Il n’y a pas de radar qui soit indestructible, on ne pourra pas empêcher les forcenés de le faire, en revanche nous allons nous efforcer de les attraper et de les déférer devant les tribunaux pour qu’ils reçoivent les sanctions qu’ils méritent", confie à BFMTV Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière.

Le 1er novembre, Emmanuel Barbe a par ailleurs confirmé que 400 à 450 radars-tourelles seront installés d’ici la fin de l’année. Fin 2020, ce sont 1200 radars-tourelles qui seront installés sur tout le territoire. Au plus fort de la crise des gilets jaunes, 75% des radars avaient été dégradés en France, pour une facture dépassant les 350 millions d’euros.

Pauline Ducamp