BFM Business

Par peur du Covid, de plus en plus de Français font désinfecter leur voiture

L'intérieur d'une voiture contient 10 fois plus de bactéries qu’une cuvette des toilettes

L'intérieur d'une voiture contient 10 fois plus de bactéries qu’une cuvette des toilettes - Juan BARRETO

Avec la crise sanitaire, les Français découvrent que l'habitacle de leur voiture contient plus de bactéries qu’une cuvette des toilettes. La tendance désinfection se propage au-delà des professionnels.

Avoir une carrosserie rutilante et un intérieur qui sent le propre. Avant, c'était tout ce que demandaient les automobilistes. Depuis la crise sanitaire, c'est loin d'être suffisant. La désinfection des voitures n'est plus réservée aux ambulances, aux pompes funèbres ou aux hypocondriaques, elle devient la règle, comme le constatent de plus en plus de spécialistes du nettoyage.

Dans les rayons des accessoiristes les produits désinffectants sont légion et les spécialistes du nettoyage voient affluer les clients qui désirent faire décontaminer leur véhicule.

Avant le début de la crise sanitaire, la désinfection arrivait en bout de course comme une option qui était rajoutée en cas de vente ou de situation extrême comme vomissement, moisissure dans la voiture. Aujourd’hui la désinfection est devenue une prestation très plébiscitée au sein de nos agences. De nombreux clients nous contactent directement pour cette offre", explique Florian Benoit, fondateur et PDG du réseau CosmétiCar.

Cette entreprise s'en fait désormais une spécialité. Pour garantir une désinfection efficace capable de détruire bactéries et virus "y compris la Covid-19", elle s'est faite certifier par un laboratoire indépendant.

Volant vs cuvette de WC

Au delà des virus, une voiture est en effet un véritable bouillon de culture. Selon une étude qu'elle a fait réaliser en 2017 et 2018, CosmétiCar a constaté qu'un "volant de voiture contient 10 fois plus de bactéries qu’une cuvette des toilettes". Soit 800 bactéries au cm2 contre 80 pour une cuvette.

La propagation des bactéries dans l’habitacle augmenterait significativement dans les véhicules où les personnes conduisent en mangeant ou en se maquillant", indique CosmétiCar, en singalant que "parmi ces bactéries, on retrouve le staphylocoque, responsable de l'impétigo et des intoxications alimentaires ; les bactéries bacillus cereus et E.coli qui peuvent déclencher des symptômes tels que des nausées, des vomissements et des diarrhées".

Dans un sondage qu'elle a fait réaliser, cette chaîne a voulu en savoir plus sur ses clients. Les soignants arrivent en tête (41 %). Mais juste derrière, les cadres du tertiaire (27%). Cette clientèle est "inattendue", selon CosmétiCar qui signale qu'elle est même devant les professionnels comme les taxis, VTC, qui représentent seulement 23% des clients.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco