BFM Auto

Panda à 1 euro par mois: comment fait Fiat pour proposer une voiture si peu chère?

Fiat vient de lancer une offre promotionnelle pour sa Panda, avec un loyer à 1 euro par mois. Sont concernées les personnes aux revenus modestes éligibles à la super prime à la conversion de 4000 euros.

Une voiture neuve à 1 euro par mois: c'est l'offre très agressive que vient de lancer Fiat avec sa Panda. Comme Citroën avec la C1 à 0 euro par mois en 2017, il y a bien sûr une astuce derrière cette promotion.

Pour la marque française qui proposait donc la mise à disposition d'une citadine neuve gratuitement, il fallait laisser la voiture à disposition sur une plate-forme d'autopartage les deux tiers du temps. Pour la Panda à 1 euro par mois, la marque italienne joue elle sur le dispositif de la prime à la conversion, qui connaît un grand succès depuis son lancement début 2018. 

Une offre liée à "super prime" à la conversion

Cette offre de Fiat s'adresse aux personnes éligibles à la "super prime". En mettant un véhicule ancien à la casse (essence d'avant 1997 ou diesel d'avant 2001), tout le monde peut bénéficier d'une prime de 1100 à 2500 euros pour l'achat d'un véhicule neuf ou d'occasion récent. Mais depuis le début de l'année, le gouvernement a souhaité encourager davantage les ménages aux revenus les plus modestes à passer à l'acte. 

Les gros rouleurs non imposables, qui effectuent plus de 60 kilomètres par jour pour se rendre à leur lieu de travail, et les 20% de ménages les plus modestes (revenu fiscal par part inférieur à 6300 euros) peuvent ainsi disposer d'une aide plus importante: 4000 euros pour l'achat d'une voiture thermique neuve ou d'occasion, essence ou diesel, Crit'Air 1 ou 2 et émettant moins de 122 g/km de CO2. Le véhicule diesel mis à la casse peut également être plus récent que pour le dispositif classique: les modèles immatriculés avant 2006 sont concernés.

Fiat propose donc aux ménages concernés de profiter de cette prime pour disposer d'une Panda neuve en LOA (location avec option d'achat) au loyer symbolique de 1 euro par mois. Au total donc, un coût de 37 euros réparti durant les 37 mois d'utilisation. Fiat avance le montant de la prime à l'acheteur, qui pourra donc repartir avec une Panda neuve pour ce loyer très attractif, avec le montant du premier apport entièrement couvert par la "super prime".

A l'échéance du contrat, les clients pourront acquérir le véhicule au prix de 5890 euros, un tarif négociable en fonction de la valeur résiduelle du véhicule qui sera estimée par Fiat, ou le rendre.

Quel modèle pour ce loyer très modéré? 

Le modèle proposé dans le cadre de cette offre est une Panda "Ligue 1 Conforama". Une édition au nom un peu trompeur (pas question à ce prix là de rouler dans la voiture de Neymar Jr ou de Mario Balotelli) qui correspond en réalité à l'offre actuelle d'entrée de gamme de la citadine de Fiat. Pour un achat comptant, elle démarre actuellement à 10.490 euros. 

Le moteur essence 1,2 litre affiche une puissance de 69 chevaux et des émissions de 118 g/km de CO2, ce qui lui permet donc d'être éligible à la prime à la conversion. 

Le véhicule dispose de cinq portes, de la climatisation, de la direction assistée, des vitres avant électriques et de quatre airbags. Ces dispositifs de sécurité ne lui ont toutefois pas permis d'échapper au zéro pointé au dernier test réalisé par l'Euro NCAP. Assez logique toutefois pour un véhicule lancé il y a sept ans et dont la note s'est dégradée avec le durcissement des exigences de l'organisme indépendant. 

Pas question de rajouter une option pour profiter du loyer très modéré d'un euro par mois. Pour échapper au blanc de série, la moindre couleur est facturée 500 euros, ce qui fait grimper le loyer à 14,5 euros par moi. La troisième de ceinture de sécurité à l'arrière est de son côté affichée à 150 euros (4 euros par mois) et il faut compter 250 euros (6,75 euros par mois) pour l'autoradio.

A l'intérieur de la Panda Ligue 1 Conforama.
A l'intérieur de la Panda Ligue 1 Conforama. © Fiat

Un jubilé de fin de carrière

C'est cette ancienneté qui permet à Fiat de proposer de tels tarifs pour cette Panda. Une manière aussi pour la marque d'offrir une fin de carrière brillante à la troisième génération de la citadine italienne, qui ne devrait pas être remplacée avant 2020.

"En 2018, nous avons vendu près de 13.000 Panda en France, soit le double du chiffre de l'année précédente, explique Nicolas Lévêque, directeur marketing de la marque dans l'Hexagone. Les ventes de petites voitures sont très sensibles aux dispositifs mis en place par le gouvernement et nous avons voulu accentuer cet effet avec cette offre sur la Panda."

Des offres de constructeurs qui pourraient renforcer l'attrait pour une prime à la conversion qui a déjà séduit 60.000 Français depuis janvier, après les 300.000 dossiers déposés l'an dernier.

Julien Bonnet