BFM Auto

Moins de camions et plus de piétons sur le périphérique parisien?

Le périphérique parisien avec moins de voitures, et plus d'arbres et de piétons, c'est l'idée de départ pour la réflexion sur son avenir, lancée par la Mairie de Paris.

Le périphérique parisien avec moins de voitures, et plus d'arbres et de piétons, c'est l'idée de départ pour la réflexion sur son avenir, lancée par la Mairie de Paris. - AFP - Miguel Medina

Une réflexion est lancée sur l’avenir du boulevard périphérique au conseil municipal de Paris, sous l’impulsion du groupe écologiste. Le but: modifier l’identité du "périph", d’un axe de grand transit vers un boulevard urbain plus calme.

Le périphérique parisien avec piétons, cyclistes et espaces arborés, et seulement quelques voitures, c’est aujourd’hui difficile à imaginer, mais c’est pourtant une idée qui sera prochainement étudiée par la Mairie de Paris, rapporte Le Parisien. Lors de la présentation du nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Paris lundi 04 juillet au conseil municipal, un vœu porté par le Groupe Europe-Ecologie Les Verts (EELV) a été adopté pour lancer la transformation de ce boulevard circulaire de 35,04km autour de Paris, devenu autoroute.

Un simple boulevard parisien

Ce vœu demande à la Mairie de saisir le gouvernement pour "déclasser le boulevard périphérique" du réseau national. En clair, le périphérique deviendra un boulevard parisien comme un autre et les camions, comme le trafic transitant d’une partie de l’Ile-de-France à l’autre, voire d’une partie de la France à l’autre, n’aura plus forcément le droit de l’emprunter et pourra être reporté vers d'autres axes franciliens. Un débat doit aussi s’engager d’ici la fin 2017 sur l’avenir du périphérique au niveau de la métropole du Grand Paris. Le groupe EELV espère voir son évolution d’ici 2020.

"Le périphérique a vu le jour dans les années 70, à l’époque où la voiture était reine. Aujourd’hui, il impacte le quotidien de centaines de milliers de riverains, qu’il s’agisse de bruit, de congestion ou de pollution de l’air. Ce sont 35km qui s’érigent en coupure physique et symbolique entre Paris et les villes de la petite couronne", peut-on lire dans un communiqué sur le site des élus EELV à la Mairie de Paris.

2020 n’est pour Les Verts qu’une première étape. "Le périphérique peut devenir un lieu de rencontre et d’activité, une véritable liaison entre Paris et la banlieue qui regrouperait un peu de circulation, des mobilités douces, des espaces verts, des commerces", dessinent à terme les écologistes. Redevenu un boulevard comme les autres, le périphérique serait rendu aux piétons, cyclistes, et plus seulement réservé au trafic routier.

P. Ducamp