BFM Business

Lille généralise la limitation de vitesse à 30km/h

Après Bègles en Gironde, début juillet, Lille a décidé d’abaisser la vitesse de 50 à 30km/h. Cette mesure sera généralisée dans les trois mois à presque tout le territoire de la ville.

Comme Bègles (Gironde) début juillet, ou bientôt de nombreuses artères à Paris, Lille a décidé de passer aux 30km/h maximum, au lieu de 50, en agglomération. Dès ce 19 août, la vitesse est ainsi abaissée dans le Vieux-Lille. Progressivement, jusqu’au 21 octobre, cette baisse de la vitesse sera généralisée à toute l’agglomération, comme le précise le calendrier publié par plusieurs médias locaux.

Dès la semaine prochaine, les quartiers République, Gambetta et Solférino passeront aussi à 30km/h, et chaque semaine jusque fin octobre, de nouveaux quartiers seront concernés. Au total, la municipalité précise que 88% des axes seront limités fin octobre à 30km/h, contre 44% jusqu’à hier.

Pendant les deux mois, 200 panneaux "Zone 30" seront installés, pour un coût de 200.000 euros, selon le quotidien régional La Voix du Nord. Seuls les grands axes qui traversent la ville resteront eux limités à 50km/h.

Moins de bruit, moins de tension entre usagers et moins de pollution

Parmi les avantages avancés par la municipalité d’un passage à 30km/h, les élus attendent moins de tension sur la route, mais aussi moins de pollution. "Moins accélérer et décélérer aboutira à une circulation plus apaisée et moins consommatrice d’énergie", a ainsi assuré Jacques Richir, adjoint en charge de la voirie et de la circulation, dans La Voix du Nord.

Sur le site de la ville de Lille, le sujet de la perte de temps est aussi minimisé. Sur 1 kilomètre, les automobilistes et autres usagers de deux-roues motorisés ne perdraient que 18 secondes.

"Quand on a fait le plan de circulation, ça a déjà grondé, et je le comprends car cela change les habitudes. Moi-même, cela a changé mes habitudes pour rentrer chez moi. Et alors?, explique également sur France Bleu Nord Martine Aubry, la maire de Lille. On ne peut pas à la fois manifester, et ne pas faire. Là nous sommes au mur, et nous n’avons plus le choix. Lorsque nous avons fait ce plan de circulation, nous avons beaucoup entendu ceux qui étaient contre. Or, on voit déjà que sur la Grand-Place, il y a eu un degré de moins de chaleur, par exemple, au bout d’un an".

Un nouveau plan de circulation a été mis en place dans la ville depuis 2016, pour rendre plus facile les déplacements à pied, déjà majoritaires dans l’agglomération. Les Lillois effectueraient 70% de leurs déplacements à pied, selon la mairie, rapporte France 3.

Pauline Ducamp