BFM Business

Les ventes de voitures neuves en Europe ont rebondi le mois dernier et PSA en profite

Le C5 Aircross tire les ventes de Citroën

Le C5 Aircross tire les ventes de Citroën - STR / AFP

Le marché automobile européen a enregistré une toute petite hausse en mai, la première après huit mois consécutifs de recul, en particulier grâce à une bonne tenue des immatriculations en Allemagne et de bonnes performances de PSA, avec un Citroën en pleine forme.

Le marché automobile européen retrouve le chemin de la croissance. La timide hausse enregistrée au mois de mai (+0,1%) met fin à huit mois consécutifs de recul, d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

L'Allemagne soutient le marché

Au total, 1,401 million de voitures particulières ont été mises sur les routes européennes en mai, soit environ 1000 de plus que l'an dernier lors de la même période.

La demande a été tirée par les pays d'Europe centrale, globalement en hausse de 6,2%, ainsi que l'Allemagne (+9,1%) et dans une moindre mesure la France (+1,2%). L'Espagne (-7,3%), le Royaume-Uni (-4,6%) et l'Italie (-1,2%) ont revanche perdu du terrain.

Sur les cinq premiers mois de l'année, l'Allemagne (+1,7%) est le seul des cinq grands marchés nationaux à progresser. Sur l'ensemble de l'Union européenne, les immatriculations sont en baisse de 2,1% de janvier à mai.

PSA en profite

PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall) a vu ses livraisons de voitures particulières neuves progresser de 4,3% dans l'Union européenne le mois dernier, tandis que celles du groupe Renault (avec Dacia, Alpine et Lada) ont baissé de 3,7%.

Avec environ une voiture livrée sur quatre dans l'UE, le groupe Volkswagen (marques VW, Audi, Porsche, Skoda, Seat...) domine toujours nettement le classement des constructeurs. Il a cependant reculé de 2,1% en mai et de 3,1% depuis le début de l'année.

Au sein du groupe allemand, la marque Volkswagen a chuté de 8,7% le mois dernier. Son label haut de gamme Audi (-1,7%) s'en est moins mal sorti tandis que Skoda (+3,8%) et Seat (+13,9%) ont permis de limiter le recul global.

Son dauphine en termes de ventes sur le continent, PSA, a confirmé sa bonne forme du moment et s'est rapproché du leader, avec une part de marché en hausse de 0,7 point à 16,7%.

Les principales marques du groupe français ont contribué à la hausse, Peugeot (+2%), Opel/Vauxhall (+1,1%) et surtout Citroën (+13,7%). Après plusieurs années difficiles, la marque aux chevrons, qui fête ses 100 ans cette année, bénéficie de son renouvellement de gamme avec la citadine C3 et les SUV C3 et C5 Aircross.

En revanche, la jeune marque DS (séparée de Citroën depuis 2014), qui cherche à se faire une place sur le marché du premium, recule de 7,1%. Son nouveau DS3 Crossback, en cours de lancement commercial, doit lui permettre de sortir la tête de l'eau.

Renault en baisse, Nissan en chute libre

Le groupe Renault reste sur la troisième place européenne malgré une chute de 0,5 point de sa part de marché, à 11,1%. La marque au losange lance cette année de nouvelles versions de ses best-sellers Clio et Captur, qui sont aussi ses deux meilleures ventes. Dacia (+8,1%), en revanche, continue de profiter des bonnes performances de la nouvelle génération du SUV Duster. Pour Nissan, partenaire de Renault, la descente aux enfers se poursuit en Europe. La marque japonaise chute de 17,9%, à 2,3% de part de marché.

En quatrième position, le groupe Fiat Chrysler (incluant Jeep, Alfa Romeo et Lancia) avec lequel Renault a envisagé de se marier, est distancé. Ses livraisons ont baissé de 8,1% en mai et de 8,6% depuis le début de l'année. Sa part de marché atteint 7,1% le mois dernier (-0,6 point).

Toyota profite de l'engouement pour l'hybride

Ford, qui est en train de restructurer ses activités européennes, confirme ses difficultés, avec des immatriculations en baisse de 4,4% en mai. Le constructeur américain figure désormais derrière son concurrent coréen Hyundai (avec Kia) qui progresse de 2,1%.

Dans le duel du haut de gamme allemand, le groupe BMW (avec Mini) progresse de 8,8% et dépasse Daimler (Mercedes, Smart) en petite hausse de 0,4%.

Alors que les automobilistes tournent le dos au diesel, Toyota surfe toujours sur l'engouement pour ses motorisations hybrides essence-électrique. Les livraisons du groupe japonais ont bondi de 11,8% pour atteindre 5% de part de marché en mai.

Julien Bonnet, avec AFP