BFM Auto

Les Français s’estiment plutôt fidèles aux marques automobiles... mais ne le sont pas vraiment

Avec 90% des achats automobiles qui sont des renouvellements, les marques cherchent à fidéliser leurs clients.

Avec 90% des achats automobiles qui sont des renouvellements, les marques cherchent à fidéliser leurs clients. - AFP

Près de trois Français sur quatre se disent fidèles aux marques automobiles mais dans les faits 38% ont réellement acheté un modèle du même constructeur. Une tendance qu'on retrouve au niveau mondial avec quelques exceptions.

Les Français sont-ils fidèles aux marques automobiles? 74% répondent par l'affirmative, révèle la dernière étude de l'Observatoire Cetelem. Mais cela ne se vérifie pas vraiment dans les faits: seulement 38% des sondés indiquent que la dernière voiture qu'ils ont achetée était de la même marque que la précédente.

L'exception japonaise

Ce comportement des Français n'est toutefois pas une exception. Sur les 15 pays de l'étude*, 78% des sondés se disent fidèles mais seuls 34% ont acheté un véhicule de la même marque que le précédent. Les Japonais dénotent dans ce paysage: ce sont ceux qui s'estiment le moins fidèles (58%) mais qui le sont le plus en réalité (un Japonais sur deux). A l'inverse, la Chine fait le grand écart avec 98% qui s'estiment fidèles, quand seulement 34% le sont vraiment. 

Des moins de 65 ans et acheteurs d'occasion moins fidèles

Les auteurs de l'étude précisent toutefois qu'ils se sont intéressés aux propriétaires de véhicules de moins de 65 ans. Or, avec l'âge, la fidélité augmente, et les taux seraient ainsi mécaniquement plus élevés. Autre point important, ce sont à la fois les acheteurs de voitures neuves et d'occasion qui ont été interrogés et la fidélité baisse en général sur cette deuxième population. 

Des raisons d'aller voir ailleurs 

Parmi les raisons qui poussent à aller voir ailleurs: "72% des automobilistes pensent que la qualité des offres, la technologie des véhicules et les services des marques automobiles changent trop pour que l’on puisse rester fidèle dans le temps à une seule et même marque", indique l'Observatoire Cetelem.

On comprend ainsi pourquoi les marques rivalisent d'annonces sur les nouvelles technologies installées à bord de leurs véhicules, sachant que cela s'impose comme un moyen efficace d'attirer de nouveaux clients. 

A l'inverse, une mauvaise expérience ne laisse en général pas de seconde chance: 83% des sondés estiment qu'une marque qui les a déçus perd définitivement leur confiance.

L'autopartage pour attirer de nouveaux clients

Au-delà de la fin annoncée de la voiture individuelle, l'autopartage représente en outre un risque non-négligeable de voir l'infidélité augmenter. 52% des personnes interrogées estiment ainsi que l'utilisation d'un véhicule partagé pourrait les inciter à acheter une voiture à laquelle ils n'auraient pas pensé auparavant (la proportion est de 50% en France et monte à 70% au Brésil et 80% en Chine). D'où l'intérêt pour certaines marques de mettre à disposition des véhicules en autopartage dans les grandes métropoles. 

Alors que 90% des ventes mondiales de voitures particulières sont aujourd'hui réalisées par des personnes qui renouvellent leur véhicule (et donc 10% de primo-accédants), les marques cherchent plus que jamais les moyens de fidéliser leur clientèle. Le développement de la LOA (location avec option d'achat) et la LLD (location longue durée), qui représentent près d'une vente sur trois en France, fait partie des principaux leviers actuellement. Les marques peuvent en effet facilement proposer un nouveau véhicule à un client à la fin d'un contrat. 

En France, les principaux arguments pour séduire restent toutefois de proposer des modèles robustes (pour 47% des sondés) et à des prix attractifs (43%). 

* Etude réalisée sur 10.600 propriétaires d'une voiture personnelle répartis dans 15 pays Afrique du Sud, Allemagne, Belgique, Brésil, Chine, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Mexique, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Turquie.

Julien Bonnet