BFM Auto

Les cyclistes ont aussi droit à leurs dos d'âne et leurs radars

Un ralentisseur sur une piste cyclable aux Pays-Bas.

Un ralentisseur sur une piste cyclable aux Pays-Bas. - David Hembrow YouTube

Une ville australienne installe actuellement un ralentisseur sur une piste cyclable pour réduire le risque d'accident avec des piétons. En France, une municipalité a déjà appliqué une solution similaire... mais pour réduire la vitesse des automobilistes habitués à empiéter sur la voie réservée aux deux roues non-motorisés.

Il n'y a pas que les automobilistes qui vont trop vite... les cyclistes aussi! Pour éviter des vélos lancés à trop grande vitesse, la ville de Perth, en Australie, installe désormais des ralentisseurs sur ses pistes cyclables. L'idée est ainsi de réduire les risques d'accidents avec des piétons, explique le journal local The West Australian.

Un aménagement spécifique

Plusieurs styles de ralentisseurs sont testés. Lors d'une première expérience lancée en octobre dernier, les autorités avaient noté la difficulté de proposer un aménagement adapté pour les autres véhicules susceptibles d'utiliser la piste en question, comme les fauteuils roulants et les scooters, explique l'article du quotidien régional. 

Si le phénomène est encore rare, l'Australie n'est pas le premier pays à installer des dos d'âne pour cyclistes. Aux Pays-Bas, on en trouve par exemple un dans la ville de Groningen, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous (à partir de 2:00). Positionnés juste avant le passage piéton, ils permettent de ralentir naturellement le rythme des cyclistes, même avec une remorque pour enfants.

A travers le monde, on trouve différents exemples de ralentisseurs et autres bandes vibrantes pour cyclistes, aux Etats-Unis en particulier, dans les villes de Tucson (Arizona) ou à Portland (Oregon)

Des ralentisseurs sur la piste cyclable... pour voiture

Et en France? A priori, le phénomène n'a pas encore gagné l'Hexagone, hormis à Montmagny (Val-d'Oise). On trouvait en effet des ralentisseurs sur une piste cyclable, comme le signalait Le Parisien en février 2017. Sauf que cet aménagement ne visait pas à ralentir les cyclistes... mais les automobilistes. Ces derniers débordaient en effet sur la piste cyclable lorsqu'ils doublaient un bus au niveau de son arrêt, dans une rue à sens unique, ce qui avait entraîné un accident. Mais à l'usage, l'aménagement gênait les cyclistes, qui utilisaient alors le trottoir pour l'éviter, avec cette fois un risque de collision avec les piétons. 

Heureusement, il s'agissait d'une situation provisoire. L'installation d'une bordure en béton entre la route et la piste, dissuadant les automobilistes de double le bus, était prévue et a bien été réalisée, comme nous l'a confirmé la mairie de Montmagny.

Malgré ces débuts un peu kafkaïens en France, le ralentisseur pour vélos pourrait donc bientôt faire son apparition. Reste à convaincre les cyclistes qui ne verraient sans doute pas d'un bon œil cet aménagement pas vraiment populaire auprès des automobilistes (et qui en plus générerait un excès de pollution). 

Des contrôles radar à Cagnes-sur-Mer

Et si en France, on n'a pas encore de ralentisseur, on a déjà les contrôles radar. La ville de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) avait ouvert le bal en 2013 (voir le reportage de France 3 ci-dessous). Les cyclistes dépassant les 10 km/h risquent une amende de 35 euros. La commune voisine de Villeneuve-Loubet a de son côté installé un radar fixe en 2015, mais à vocation préventive. Les cyclistes sont informés de leur vitesse et demande à ralentir au-delà de 20 km/h.

Julien Bonnet