BFM Business

Les automobilistes français donnent un coup de fouet aux ventes de motos et scooters en 2019

Sous ses allures de gros cube, cette Honda CBR est une 125. Elle est en tête de ventes de moto en 2019

Sous ses allures de gros cube, cette Honda CBR est une 125. Elle est en tête de ventes de moto en 2019 - Honda

Les grèves, les bouchons, l'accès facile, le prix mais aussi le plaisir de piloter séduisent les urbains. En 2019 ils sont de plus en plus nombreux à avoir pris le guidon de scooters et de motos de 125 cm3. Une croissance à deux chiffres pour les petites cylindrées.

Les deux-roues ont le vent en poupe dans tous les styles et toutes les cylindrés. En 2019, selon la Chambre Syndicale des Importateurs d'Automobiles et de Motocycles (CSIAM) les immatriculations ont bondi de 12% contre une hausse de 8,2% en 2018. Si la progression se constate dans toutes les cylindrées, les 125 cm3 ont dynamisé les ventes.

La grève des transports y est certainement pour quelque chose. En effet, les immatriculations de 125, pilotables avec un permis B et une formation de 7 heures, ont augmenté de 10,2% pour atteindre 56.134 unités vendues. deux tiers des ventes portent sur des scooters (+ 6,4%, avec 34.797 unités), le reste ce sont les motos (+ 16,9%, avec 21.337 exemplaires). L'année s'est terminée avec une progression de +16,9% en décembre.

Sans les 125 cm3, les ventes globales n'auraient sans doute pas été aussi bonnes. En effet, si les motos de moyennes et grosses cylindrées ont grimpé de 12,5% (111.846 unités), les ventes de maxi-scooters (de plus de 125 cm3) ont dégringolé de 8%.

L'ensemble des constructeurs de 125 cm3 tirent bénéfice de cette situation. En tête du Top 10 des motos, Honda avec sa CB125R (4.599 euros) avec des ventes en hausse de 25,8%. Les deux plus grosses progressions se nomment Honda Monkey (698 ventes, + 43,9%), une mini-moto très tendance à environ 4000 euros et l'Orcal NK125 (1389 ventes, + 38,2%), une franco-chinoise vendue 2.500 euros.

Les franco-chinoises talonnent les japonaises

Ces motos "french design", mais "made in China", illustrent une tendance notable avec des modèles qui coûtent le prix d'un bon vélo électrique, soit moins de 3.000 euros.

Dans le Top 10 des motos, on trouve, en plus de l'Orcal, la Mash Seventy qui bien qu'en fin de vie tient encore la seconde place des ventes en 2019 (1690 exemplaires, - 3,1%), la Brixton BX 125 (946 unités, + 2,9%) et l'AM64 Scrambler d'Archive Motorcycle (716 motos, + 22%). Ces marques très récentes concurrencent les géants du secteur comme Honda, Yamaha, KTM et Kawasaki.

Côté scooters, c'est le Honda Forza 125 ( 6751 exemplaires, + 29,8%) qui est en tête des ventes devant le Yamaha Xmax 125 (6426 unités, + 12,2%). Mais la plus grosse progression est remportée par le Keeway 125 (818 exemplaires, + 54,6%). 

Face à ces nouveaux venus, le constructeur historique, Vespa, est à la peine. Ces trois modèles voient leurs ventes en baisse par rapport à 2018: le GTS 125 (1309 exemplaires, - 3,7%), le Liberty (1301 unités, - 9%) et le Primavera 125 (975 unités, - 1,8%). Le seul à gagner des points est le Medley 125 (1044 unités, + 16,1%). 

La France devant l'Italie et l'Allemagne

Cette progression des motos et scooters pilotables avec un permis B est une tendance européenne. Selon l'Acem (Association européenne des constructeurs de motos), leurs ventes progressent partout en Europe, mais encore plus en France qu'en Italie ou en Allemagne.

Cette tendance touche aussi l'électrique. Lors du premier semestre 2019, l'Acem dénombre 34.389 immatriculations d'engins électriques (28.577 scooters et 5.812 motos) contre 19.656 en 2018 (respectivement 16.463 scooters et 3.193 motos), soit une progression de 75%. Mais cette fois, la France est en seconde position derrière la Belgique pour les scooters, et derrière l'Espagne pour les motos. 

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco