BFM Auto

Le port du casque obligatoire à vélo revient en force dans le débat

Plusieurs amendements à la Lom ont été déposés pour rendre obligatoire le port du casque pour les utilisateurs d’engins de déplacement personnel motorisés (trottinette électrique, gyropodes), mais aussi pour les cyclistes.

Plusieurs amendements à la Lom ont été déposés pour rendre obligatoire le port du casque pour les utilisateurs d’engins de déplacement personnel motorisés (trottinette électrique, gyropodes), mais aussi pour les cyclistes. - DENIS CHARLET / AFP

Plusieurs amendements à la loi d'orientation des mobilités ont été déposés pour rendre obligatoire le port du casque pour les utilisateurs d’engins de déplacement personnel motorisés (trottinette électrique, gyropodes), mais aussi pour les cyclistes.

Le casque va-t-il devenir obligatoire à vélo, comme à trottinette? C’est ce que demandent plusieurs amendements à la Loi d’Orientation des mobilités (Lom), dont l’examen débute ce mardi en commission à l’Assemblée Nationale. Et cela fait grincer des dents parmi les associations de cyclistes, tout en posant la question de l’efficacité d’une telle mesure.

Obligatoire pour tous, motorisé ou pas

La législation actuelle n’oblige au port du casque à vélo que les enfants de moins de 12 ans. Concernant les engins de déplacement personnel (EDP), comme les trottinettes, le port du casque est encouragé, mais non obligatoire.

"En circulation, tout conducteur ou passager d’un vélo, d’une trottinette, d’un gyropode, d’une motocyclette, d’un tricycle à moteur, d’un quadricycle à moteur, ou d’un cyclomoteur doit porter un gilet de haute visibilité et être coiffé d’un casque de type homologué. Ce casque doit être attaché", précise un amendement déposé le 9 mai par le député LaRem du Pas-de-Calais Benoit Potterie.

D’autres amendements, comme celui signé notamment par Laurianne Rossi et Olivier Damaisin, ne demandent le port du casque que pour les EDP motorisés (comme les trottinettes électriques), et les vélos électriques. "Cet amendement vous propose donc de rendre obligatoire le port du casque et des gants pour toute circulation à bord d’EDP à moteur et de vélo à assistance électrique", proposent ces députés LaRem.

Avec ou sans moteur électrique, le port obligatoire du casque ne fait cependant pas l’unanimité.

Une mesure qui dissuade de prendre le vélo

"Faut-il obliger les cyclistes à porter un casque? (non)", résume dans un tweet l’association de promotion du vélo Paris en Selle. Rendre obligatoire le port du casque serait en effet inefficace, pour les cyclistes comme les conducteurs de trottinette. Obliger au port du casque est contre-productif, nous explique l’avocat spécialisé dans les préjudices corporels Hadrien Muller. En cas de chute, il y a d’autres blessures, au thorax par exemple ou des souffrances médullaires. Le casque fait surtout croire aux personnes, en particulier à trottinette, qu’elles sont en totale sécurité, ce qui ne les incite pas à la prudence, alors qu’elles circulent sur la chaussée".

"Vouloir imposer le port obligatoire du casque à vélo est un contresens historique, une marche arrière, écrit sur Twitter Christophe Najdovski, adjoint en charge de la mobilité à Paris. Pour se développer, le vélo a besoin d'aménagements continus et sécurisés et des services pour les usagers, qui inciteront le plus grand nombre à passer à la solution vélo".

Obliger à porter un casque ferait ainsi baisser le nombre de personnes prêtes à passer au vélo, ou à trottinette. "Le casque offre une complexité supplémentaire, car tout le monde n’y a pas accès, notamment dans les mobilités partagées, nous résume Charles de la Tour d’Auvergne, manager en charge de la communauté ‘Nouvelle mobilité’ chez PwC. Cela interfère avec le but premier d’une législation sur les nouvelles mobilités: réduire la place de la voiture en ville au profit d’autres formes de déplacement".

Miser sur les infrastructures plutôt que le casque

C’est ce qui est arrivé en Australie. Le casque y est obligatoire pour les cyclistes depuis 1991. Mais 25 ans plus tard, le principal lobby cycliste demande qu’il redevienne optionnel. Selon The Bicycle Network, le nombre de cyclistes aurait plongé, alors que le nombre de décès a augmenté, comme le rapporte 9news.

Surtout, faire baisser le nombre de cyclistes serait néfaste pour la société dans son ensemble. "Le vélo, comme moyen de transport, au quotidien, ça veut dire une activité physique, modérée, et régulière, pas besoin d’aller à la salle de sport", explique dans The Gardian la chercheuse à l’Université de Westminster, Rachel Aldred. Les associations de cyclistes appellent plutôt à multiplier les aménagements dédiés, comme les pistes protégées, afin d’inciter un plus grand nombre d’urbains au cyclisme au quotidien. Comme le rappelle The Huffington Post, la Lom prévoit un budget de 350 millions pour aménager entre autres des pistes cyclables.

Pauline Ducamp