BFM Business

La police espagnole s'équipe de drones pour traquer les mauvais conducteurs

Un drone utilisé pour les contrôles routiers

Un drone utilisé pour les contrôles routiers - DGT

Ces drones équipés de caméras de haute précision pourront détecter et sanctionner certains comportements dangereux sur la route.

En Espagne, les amendes peuvent désormais tomber du ciel. Le pays a commencé ce jeudi à utiliser des drones pour sanctionner certaines infractions au code de la route.

Démarrage aux Canaries

Trois drones équipés d'une caméra haute résolution survoleront les routes pour détecter les comportements dangereux, d'abord aux îles Canaries avant d'être déployés dans le reste du pays, a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Direction générale de la circulation (DGT). Les autorités prévoient d'en commander 20 supplémentaires.

L'Espagne utilisait déjà 11 drones pour surveiller la circulation, mais c'est la première fois que ces machines sont utilisées pour infliger des contraventions.

Les drones, déjà utilisés à des fins de sécurité routière dans plusieurs villes chinoises notamment, commencent juste à l'être en Europe, avec des expérimentations en France, au Royaume-Uni ou encore au Kosovo.

Un agent est chargé du pilotage et un autre du visionnage des images, a précisé à l'AFP une deuxième porte-parole de la DGT.

La conduite dangereuse pour cible mais pas la vitesse

Les drones permettront de détecter des infractions comme les dépassements dangereux, le non-respect d'un stop, l'usage du téléphone mobile au volant ou le non-port de la ceinture de sécurité, mais pas encore les excès de vitesse, a-t-elle précisé.

La DGT prévoit que 47 millions de vacanciers emprunteront en août les routes espagnoles, où 1.180 personnes ont trouvé la mort en 2018.

L'Espagne, deuxième destination touristique mondiale, voit en outre passer sur son territoire des millions d'automobilistes qui résident en Europe et vont passer leurs vacances au Maghreb.

Julien Bonnet, avec AFP