BFM Auto

La police allemande saisit une centaine de supercars

Ce jeudi, la police allemande a mis fin à l’Eurorally, un rassemblement de supercars venues de Norvège. La centaine de bolides roulait à plus de 250 km/h.

Ce jeudi, la police allemande a mis fin à l’Eurorally, un rassemblement de supercars venues de Norvège. La centaine de bolides roulait à plus de 250 km/h. - Eurorally

Ce jeudi, la police allemande a mis fin à l’Eurorally, un rassemblement de supercars venues de Norvège et qui se rendait à Prague. La centaine de bolides roulait à plus de 250 km/h, faisant visiblement la course sur l’autoroute.

Ce n’est pas un salon automobile en plein air, mais la dernière prise autoroutière de la police allemande. Ce jeudi, les autorités ont arrêté sur l’autoroute A20, au nord du pays, une centaine de conducteurs de supercars venus de Norvège. Ces derniers participaient à l’EuroRally, un rassemblement de propriétaires de voitures de sport, qui sillonnaient cette semaine l’Europe.

Partis d’Oslo, en Norvège, ils se rendaient à Prague, en République Tchèque, en passant par l’Allemagne. Mais leur rallye s’est définitivement arrêté sur l’aire d’autoroute de Fuchsberg, à une quarantaine de kilomètres de Rostock.

A plus de 250km/h dans le trafic 

Ferrari 458 Italia, Ford Mustang, Porsche 911 ou encore des BMW ont toutes été garées sur cette aire, après que d’autres automobilistes ont appelé la police, qui a procédé à des contrôles et un suivi par hélicoptère des 107 participants.

Comme c'est le cas sur une bonne partie du réseau autoroutier allemand, l'A20 de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ne comporte quasiment aucune section où la vitesse est limitée, a bien rappelé une porte de la police à la Frankfurter Allgemeine Zeitung. C’est plutôt le comportement des propriétaires de supercars qui posaient problème. A 250km/h, ils faisaient apparemment la course sur l’autoroute. "Jusqu’à présent, il n’y avait pas eu d’accident. La reprise du voyage est définitivement suspendue", a déclaré la police, rapporte la Berliner Zeitung.

Pauline Ducamp