BFM Business

La délation pour lutter contre les véhicules polluants? Après New York, le Royaume-Uni y pense

Les moteurs qui tournent à l'arrêt; une source inutile de pollution.

Les moteurs qui tournent à l'arrêt; une source inutile de pollution. - Ina Fassbender / dpa / AFP

Un groupe de réflexion britannique propose de rémunérer les citoyens qui enverraient des photos de voitures à l'arrêt mais moteur allumé. Un système déjà en place depuis janvier 2018 à New York.

Pour lutter contre la pollution générée par les voitures à l'arrêt avec le moteur toujours en marche, la Belgique a récemment relevé le tarif de l'amende prévu à 130 euros. De son côté, la mairie de Sceaux (Hauts-de-Seine) avait pris un arrêté fixant à 135 euros la contravention pour cette pratique courante mais bel et bien interdite.

25% de l'amende en récompense

Mais les Britanniques pourraient aller encore plus loin. Le think tank "Bright Blue" vient en effet de proposer un système visant à encourager les citoyens de signaler ce type d'infractions, comme l'ont repéré nos confrères du site spécialisé Caradisiac.

L'idée serait de rémunérer les personnes qui enverraient des vidéos de véhicules à l'arrêt, moteur allumé, dans des zones sensibles, à proximité d'écoles par exemple. Si les vidéos débouchent sur une sanction, leurs auteurs recevraient 25% du montant de l'amende envoyée aux contrevenants.

Un système déjà appliqué à New York

Un système de délation-antipollution déjà en place à New York, où l'arrêt moteur allumé plus de 3 minutes était depuis longtemps interdit mais très peu sanctionné.

Depuis janvier 2018 et une décision du conseil municipal, les citoyens qui fournissent des preuves de cette pollution inutile au département de l'environnement peuvent recevoir une récompense, 25% d'une amende comprise entre 300 et 2000 dollars. Dans un reportage de Vice News publié en mars dernier, un militant écologiste expliquait ainsi avoir gagné près de 9000 dollars après avoir effectué 120 signalements.

Julien Bonnet